En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: le confinement pourrait coûter 10 milliards d'euros au pays

Coronavirus en Belgique: le confinement pourrait coûter 10 milliards d'euros au pays
© Image Belga
 
CORONAVIRUS
 

Le coronavirus en Belgique a considérablement freiné l'économie du pays. le confinement, s'il s'arrête le 19 avril, devrait coûter plus de 10 milliards d'euros selon le ministre fédéral du budget, David Clarinval. Notre journaliste Antonio Solimando décrypte ce montant.

La décision de confiner la population (et donc de suspendre une partie de l’activité économique) jusqu’au 19 avril va coûter la bagatelle de 10 milliards d’euros à la Belgique, selon des projections du ministre fédéral du budget, David Clarinval.

Au total, pour environ 6 semaines de confinement, on prévoit 10.453.000.000 d’euros de coût pour le budget de l’Etat.

Ce montant s’explique par :

- des dépenses supplémentaires (achats de matériel médical, rapatriements des belges, coûts de chômage en hausse, revenus de remplacement)

- des recettes fiscales en berne, compte-tenu de la forte baisse de l’activité économique

A ces 10 milliards, il faut ajouter que l’Etat belge se prive également de 5 milliards de trésorerie (octroi de prêts, délais pour la perception de recettes repoussées,..). Cet argent devrait être récupéré à moyen terme.

Tester les travailleurs des secteurs-clé?

Finalement, avec le déficit déjà prévu avant le coronavirus + l’impact de l’épidémie + le cash dont se prive l’Etat momentanément : la Belgique devrait accuser un déficit de plus de 5% par rapport à son PIB. Soit son pire niveau depuis la crise bancaire, il y a 12 ans.

Si le confinement quasi intégral tel qu’il existe actuellement devait être prolongé au-delà du 19 avril, l’impact pour nos finances publiques serait encore plus lourd.

Pour limiter l’impact sur notre économie, le Ministre fédéral du budget, David Clarinval, plaide donc pour que les tests de dépistage du coronavirus, d’ici une semaine, soient utilisés sur les travailleurs de secteurs-clé de notre économie pour redémarrer l’activité. L’idée, c’est d’éviter des dégâts trop importants dans notre économie. Eviter de rejouer la pire crise économique contemporaine que l’on a connu : la crise de 1929.

 




 

Vos commentaires