En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: "Les conséquences sont catastrophiques pour les entreprises" donc "allons travailler tant que faire se peut"

 
CORONAVIRUS

Le coronavirus en Belgique impacte financièrement les entreprises, certaines étant à l'arrêt depuis le 16 mars, et pour une durée indéterminée (il est probable que les mesures de confinement soient prolongées au-delà du 3 avril). L'Union wallonne des entreprises a dressé un sombre bilan dans le RTL info 13h.

"Nous avons sorti ce matin notre point conjecturel, qui résulte d'une enquête que nous avons menée auprès de nos membres entre le 13 et le 20 mars", a expliqué Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l'Union wallonne des entreprises, dans le RTL info 13h.

"Les résultats sont évidemment catastrophiques. 91% des entreprises considèrent qu'elles vont être impactées par la crise actuelle. Et déjà, pour 73% des entreprises sondées, il y a des problèmes de trésorerie".

Pire: "Il y a 12% des entreprises qui estiment que la faillite est probable, 22% pensent qu'elle pourrait arriver à moyen terme. Un tiers des entreprises pensent qu'elles seront en faillite si le confinement dure plus longtemps que ce qui est prévu actuellement".

Néanmoins, "ces estimations doivent être relativisées, car elles ont été faites avant le 20 mars et que depuis lors, le gouvernement wallon a pris un certain nombre de mesures, notamment des interventions financières".

L'Union wallonne rappelle que "travailler n'est pas devenu incivique" et appelle les citoyens "à travailler tant que faire se peut, car le chômage économique ne résoudra pas tout, on a besoin de solidarité". Les entreprises "ont fait leur maximum pour mettre leurs employés en télétravail, environ 20% aujourd'hui, et pour les autres, des règles de sécurité ont été mises en place".

> CORONAVIRUS BELGIQUE: consultez les dernières infos

> CORONAVIRUS SYMPTÔMES: voici les signes qui montrent que vous pourriez avoir le Covid-19

> CORONAVIRUS BELGIQUE: CARTES de répartition par province, âge et sexe

Raoul Hedebouw, lui, estime que trop d'entreprises font travailler leurs employés dans de mauvaises conditions :

 

 

Vos commentaires