En ce moment
 
 

Makro au bord de la faillite et sans repreneur: en couple, Eric et Sabine perdent leurs emplois en même temps

 
 

La situation est compliquée pour les travailleurs des onze magasins Makro. L'enseigne est au bord de la faillite et l'unique offre de reprise a éte rejetée. En tout, 1.200 emplois pourraient être perdus.

Ils ont 30, parfois 40 ans d’ancienneté, mais à la fin de l’année, les travailleurs de l’enseigne seront tous au chômage. "Je vous avoue qu'à l'heure d'aujourd'hui, je me rends compte que fin décembre, je n'aurai même pas de quoi vivre. Parce qu'ils n'ont pas été corrects avec nous, nous paient pas de syndicat ni rien. On a droit à nos primes et on ne les a pas", confie en larmes Nathalie, employée depuis 35 ans. "On n'a aucun soutien de notre direction. Aucun soutien de personne. Il y a beaucoup de collègues qui craquent, qui se retrouvent en situation de dépression", indique Denis Staatje, délégué syndical CNE, employé chez Makro depuis 32 ans.

À nous deux, on perd 1.600 euros par mois

L’offre de reprise de l’enseigne est rejetée par le mandataire judiciaire chargé de trouver des repreneurs. Les employés ont appris la nouvelle vendredi soir, non pas par la direction, mais par la presse. "On venait travailler malade, même blessé, et on nous la met à l'envers", réagit Eric, 33 ans d'ancienneté. "J'en pleure tous les jours quand je rentre. C'est dur. On a des clients qui sont super sympathiques, mais bon...", confie sa compagne Sabine, également employée chez Makro depuis 30 ans. "On se retrouve tous les deux au chômage. À nous deux, on perd 1.600 euros par mois. Ça fait un gros loyer", ajoute Eric.

Je n'ai même pas de CV puisque mon CV, c'est Makro

À l’intérieur d'un magasin Makro nous retrouvons Martine, c’est un nom d’emprunt. La direction ne s’est pas exprimée mais elle refuse notre présence au sein de l'établissement. Filmée par une caméra cachée, Martine nous raconte son histoire. "Ma seule envie, c'est de tout plaquer là et m'en aller. Je ne sais pas pourquoi je ne le fais pas... J'aurai mon C4 sur le champ. On part sans préavis, on est jeté comme des kleenex usagés. Je n'ai même pas de CV puisque mon CV, c'est Makro", confie Martine.

Liquidation

En liquidation, le magasin affiche des promotions jusqu’à -60%. A la caisse, les files s’allongent: l’affluence est la même que lors des fêtes de fin d’année. Quelques mètres plus loin, le côté poissonnerie annonce la couleur: les rayons sont complètement vides. Makro devrait fermer ses portes le 31 décembre.


 

Vos commentaires