Droits de douane sur l'acier et l'aluminium - L'UE va "réagir fermement" aux mesures américaines, affirme Juncker

(Belga) L'Union européenne "va réagir fermement et proportionnellement pour défendre (ses) intérêts", a affirmé jeudi le président de la Commission européenne après l'annonce par Donald Trump de fortes taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis.

"Nous regrettons fortement" cette décision américaine, a déclaré le chef de l'exécutif européen, cité dans un communiqué de presse, ajoutant que la Commission présenterait "dans les prochains jours une proposition de contre-mesures contre les Etats-Unis, compatibles avec les règles de l'OMC, pour rééquilibrer la situation". Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi qu'il allait frapper de fortes taxes les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis, au risque de provoquer une guerre commerciale avec ses principaux partenaires commerciaux dont la Chine et l'UE. "Je les promulguerai la semaine prochaine", a-t-il affirmé. Le président américain a évoqué des droits de douane de 25% pour l'acier et de 10% pour l'aluminium sans toutefois spécifier quels pays ils viseront. Selon M. Juncker, l'initiative américaine semble être "une intervention flagrante pour protéger l'industrie" nationale aux Etats-Unis et "ne pas reposer sur une justification liée à la sécurité nationale". "Au lieu d'apporter une solution, cette décision ne peut qu'aggraver les choses", prévient le président de la Commission. "Nous ne resterons pas les bras croisés pendant que notre industrie est frappée par des mesures injustes", a-t-il ajouté. La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a elle aussi déploré dans le même communiqué des mesures américaines qui "auront un impact négatif sur les relations transatlantiques et sur les marchés mondiaux". Ces mesures "augmenteront les coûts et réduiront le choix des consommateurs américains d'acier et d'aluminium, y compris (pour) les industries qui importent ces produits", a-t-elle estimé. "L'UE entamera le plus tôt possible des consultations sur le règlement des différends avec les Etats-Unis à Genève", a ajouté Mme Malmström. "La Commission surveillera l'évolution des marchés et si nécessaire proposera des mesures de sauvegarde compatibles avec l'OMC pour préserver la stabilité du marché de l'UE", a-t-elle précisé. (Belga)

Vos commentaires