Echanger sa voiture de société contre de l'argent n'a tenté... qu'une vingtaine de Belges: le système pourrait changer

Echanger sa voiture de société contre de l'argent n'a tenté... qu'une vingtaine de Belges: le système pourrait changer
Image d'illustration

Le gouvernement fédéral va assouplir les règles pour pouvoir échanger sa voiture de société contre un montant en liquide (mesure appelée "cash for car"), selon les informations de La Libre publiées mardi. Une étude de SD Worx avait montré en juillet que le système intéressait peu de travailleurs, car il était défavorable financièrement.

Le système "cash for car" n'a séduit qu'une vingtaine de travailleurs depuis fin mars. Le système permet d'échanger sa voiture de société contre une allocation mobilité, moins taxée. Mais ça ne se bouscule pas au portillon. Du coup, le gouvernement veut assouplir le dispositif. Au final, quasiment tous les travailleurs pourraient en bénéficier

A savoir, ceux qui ne disposent pas aujourd'hui d'une voiture de société mais qui pourraient y avoir droit. Depuis le 30 mars dernier, le gouvernement a voulu encourager les travailleurs à abandonner leur voiture de société contre une somme d'argent.

Tout le monde n’est pas concerné, les conditions sont assez restrictives. Il faut disposer d'une voiture de société depuis au moins 3 mois et avoir bénéficié de cette voiture de société durant au moins un an sur les 3 dernières années. Résultat: seuls à 5 à 10 % des travailleurs ont manifesté un intérêt pour ce fameux "cash for cars".

Selon la Libre Belgique, le gouvernement serait donc prêt à étendre ce système aux employés susceptibles d'avoir un jour une voiture de société. On ne parle ici que d'un avant-projet de loi. Il sera soumis aux partenaires sociaux dans les prochains jours.

Certains observateurs craignent que cet assouplissement n'entraîne une explosion des demandes et que la plupart des augmentations salariales nettes se feront ensuite par le biais de cette "autoroute de l'optimisation fiscale", avec pertes de cotisations au système de sécurité sociale à la clé.

Vos commentaires