En ce moment
 
 

Faillite de Thomas Cook: des vacanciers belges forcés de payer une deuxième fois leur séjour à leur hôtel d'Hammamet

Dans cet hôtel tunisien, la crainte de la faillite du tour-opérateur est palpable : plusieurs touristes, dont des Belges, ont dû payer, au risque de ne pas pouvoir repartir.

Face à l'annonce de la faillite de Thomas Cook, l'angoisse touche les centaines de prestataires de Thomas Cook qui voient leurs revenus menacés, certains risquant de devoir mettre la clé sous la porte si le voyagiste fait faillite.

C'est le cas à Hammamet, en Tunisie, où les responsables de l'hôtel Les Orangers ont brièvement retardé le départ d'un groupe de touristes britanniques, "le temps de vérifier que le paiement" de leur séjour avait été effectué, a indiqué un porte-parole du ministère tunisien de l'Intérieur. Les responsables de l'hôtel ont demandé des versements supplémentaires par précaution vu la situation de Thomas Cook alors qu'ils avaient déjà versé les frais de leur séjour.

C'est ce qui s'est également produit pour deux jeunes Belges, toujours sur place. "Samedi, nous avons reçu une note disant que nous étions attendus à la réception", ont raconté au journal flamand Het Laaste Nieuws Brent Van Eccelpoel, un vacancier de 23 ans de Heist-op-den-Berg et Lander Nuyts, 33 ans, de Hasselt.

"Nous étions là-bas avec 25-30 personnes et on nous a dit que nous devions tous payer notre séjour. Ce que nous avons fait. L'hôtel demandait 3.300 euros alors que la facture de Thomas Cook s'élevait à 1.800 euros."


Thomas Cook conseille de ne pas payer

Personne ne sait pourquoi le montant total a quasiment doublé. L'hôtel les a menacé de ne pas les laisser partir s'ils ne payaient pas, alors que Thomas Cook leur a conseillé le contraire : ne pays payer. Selon un porte-parole du voyagiste, étant donné que Thomas Cook est membre du Fonds de Garantie voyage, les clients qui ne peuvent pas partir doivent être remboursés et les touristes bloqués doivent être rapatriés.

Ceux qui ont payé malgré tout ont été remboursés entre-temps, a déclaré Leen Segers, porte-parole de Thomas Cook Belgique à Het Laaste Nieuws.

En attendant, le tour-opérateur n'envoie plus ses clients aux Orangers mais dans d'autres établissements voisins.

"Le personnel est devenu très nerveux, ajoutent Brent et Lander. Vous êtes en vacances mais pas vraiment détendu, c'est dommage".

Si tout se passe comme prévu, les deux touristes flamands devraient rentrer mardi par le vol opéré par Brussels Airlines.  

Hier déjà, 2 Britanniques avaient été forcés de payer leur séjour à l'hôtel.


Test-Achats ouvre un numéro d'appel

L'organisation de défense des consommateurs Test-Achats, également sollicitée par des voyageurs inquiets quant à leurs vacances avec Thomas Cook Belgique, a ouvert lundi un numéro de contact pour répondre aux questions. Il s'agit du 02/542.33.33.

Vos commentaires