En ce moment
 
 

Faut-il sauver coûte que coûte Thomas Cook Belgique de la faillite? (vidéo)

L’invité de la rédaction de Bel RTL ce mercredi matin était Laurent De Briey, chargé de la refondation du CDH. Interrogé par Fabrice Grosfilley, il a notamment évoqué la situation de Thomas Cook Belgique, après la faillite du voyagiste au Royaume-Uni.

"Le premier rôle du politique, c’est de gérer les retours maintenant et de jouer les pompiers", a-t-il expliqué. Il doit s’assurer, par exemple, que le Fonds de garantie est suffisamment bien organisé pour gérer les retours. "Après les pouvoirs publics peuvent avoir un rôle de facilitateur. Mais je pense que l’on est face à une question. Il faut penser à ce qui va permettre l’émergence d’un nouveau modèle plutôt que nécessairement s’attacher au modèle ancien", a poursuivi Laurent De Briey.

"Cela veut dire qu’il ne faut pas coûte que coûte sauver Thomas Cook Belgique et ses 600 emplois ?", l’a questionné Fabrice Grosfilley. "Il faut surtout parvenir à gérer la transition. Ces emplois, c’est vraiment une question pour le marché d’abord et le rôle des pouvoirs publics sera de s’interroger sur cette possibilité-là avec les acteurs potentiels. Mais il faut une transition sociale et il faut un accompagnement, très certainement", a conclu Laurent De Briey.

Vos commentaires