En ce moment
 
 

Gilets jaunes - France: un septième week-end de mobilisation attendu samedi

Consommation

(Belga) Malgré un "acte VI" qui a peu mobilisé et les fêtes de fin d'année, les "gilets jaunes" français appellent à un septième samedi consécutif d'actions avec des rassemblements prévus notamment à Paris, Marseille, Lyon, Toulouse ou encore Bordeaux.

Le mouvement, qui dure depuis un mois et demi, a largement décru ces dernières semaines: 38.600 manifestants en France le 22 décembre, contre 66.000 une semaine plus tôt et 282.000 pour la première journée de mobilisation le 17 novembre, d'après les chiffres du gouvernement. Mais pour une grande partie du mouvement, cette baisse est due aux fêtes avant une reprise très forte en janvier. "Il faut que tout le monde comprenne qu'on a décidé de ne pas arrêter. Le mouvement n'est pas éteint", a déclaré à l'AFP Thierry, 51 ans, carrossier à Rive-de-Gier (Loire), qui dénonce une répartition très inégale des "richesses" de la France. Monica Piazza de Valence, 22 ans, affirme elle-aussi se battre pour l'égalité: "Nous ne sommes pas contre les taxes, les impôts... Mais ce n'est pas possible, au bout d'un moment, que ce soit toujours les mêmes qui payent et que tout soit augmenté pour nous". Pour cette nouvelle journée d'action, les "gilets jaunes" se montrent plus discrets sur les réseaux sociaux qui leur servent de plateformes d'échanges depuis le début du mouvement. Pour surprendre les forces de l'ordre notamment, les actions et les lieux de rassemblement sont maintenant annoncés à la dernière minute. Certains "gilets jaunes" ont aussi déjà en point de mire la soirée du réveillon. Plusieurs rassemblement sont attendus la nuit de la Saint-Sylvestre. La mobilisation porte un coup aux hôteliers français qui ne feront pas le plein pour le Nouvel An, après un Noël mitigé: les touristes étrangers, surtout ceux au fort pouvoir d'achat, ayant été refroidis par les images des manifestations violentes liées aux gilets jaunes. Depuis le début du mouvement en novembre, 10 personnes ont été tuées sur des points de blocage et plus de 1.500 manifestants ont été blessées sur les ronds-points ou lors de manifestations, dont une cinquantaine gravement. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, a été saisie par la justice de 48 affaires de violences policières présumées lors de manifestations de "gilets jaunes" et de lycéens, a précisé vendredi le ministère de l'Intérieur. (Belga)

Vos commentaires