En ce moment
 

La Coupe du Monde: bénédiction pour certains commerçants, malédiction pour d'autres…

La Coupe du Monde: bénédiction pour certains commerçants, malédiction pour d'autres…

Selon le type de commerce, la Coupe du Monde peut représenter une véritable opportunité ou une menace. Bernard Lobet donne un petit aperçu de l'impact du Mondial sur certains acteurs de notre économie.

La Coupe du Monde est une aubaine pour les grandes surfaces. Pour la vente de produits dédiés (drapeaux, maillots, etc.) et aussi pour ce qui est souvent associé au foot (bière, chips, pizza, etc.). La grande distribution espère que la vente de tous ces produits alimentaires augmentera de 20% par rapport à un mois de juin normal.

Le Mondial a également un impact positif sur la fréquentation des cafés qui sont pourvus d’écrans. À l'inverse, les restaurants plus traditionnels ou d’un standing plus élevé souffrent un peu du Mondial. Après une semaine de Coupe du Monde, la Belgian Restaurants Association (BRA) estime à 20 % le recul de la fréquentation des restos classiques.

"Pour certains c'est une bénédiction, pour d'autres c'est une calamité. C'est une bénédiction pour ceux qui ont eu l'occasion de s'équiper de grands écrans, et qui surfent sur la vague de la Coupe du Monde pour projeter les matchs. Alors ça renforce leur clientèle. Mais ça, ça marche pour les tavernes. Pour tous les restaurants classiques ou gastronomiques, cet exercice-là est impossible", indique Miguel Van Keirsbilck, secrétaire général de la BRA.


Parcs et cinémas

Quant aux parcs d’attractions, ils s'adaptent. Pairi Daiza et Walibi ont installé des écrans géants, tandis que Plopsa réduit le prix des entrées après chaque match gagné des Daibles.

Pour les cinémas, l’impact s’annonce limité… sauf les jours où les Diables jouent.

Vos commentaires