En ce moment
 
 

La dernière tentative de Ryanair pour ne pas indemniser 40.000 voyageurs belges

La dernière tentative de Ryanair pour ne pas indemniser 40.000 voyageurs belges

Ryanair souhaite renvoyer devant la justice irlandaise le dossier de l'action collective introduite par Test Achats contre la compagnie à bas coûts pour les multiples annulations de vols en raison de grèves durant l'été 2018, déplore jeudi l'organisation de consommateurs.

Environ 170 vols avaient été annulés ou retardés à l'été 2018 à la suite d'un conflit social chez Ryanair et d'une vague de grèves, qui avait touché la Belgique à plusieurs reprises. En raison du refus de la compagnie d'indemniser correctement les 40.000 consommateurs lésés, Test Achats avait déposé une requête en réparation collective à son encontre début juillet. Plus de 1.200 personnes se sont manifestées depuis lors sur le site internet de l'organisation de consommateurs.

Ryanair fait connaitre sa position à Test-Achats: ils vont plaider l'irrecevabilité devant la justice belge

Une audience d'introduction avait eu lieu le 13 septembre, au cours de laquelle un calendrier d'échange de conclusions a été arrêté. Les plaidoiries n'auront pas lieu avant juin prochain voire septembre. Mais dans ce cadre, Test Achats a reçu fin novembre les premières conclusions de Ryanair au sujet de la recevabilité.

Il en ressort que l'entreprise estime ne pas être tenue d'indemniser les consommateurs lésés et qu'elle demande le renvoi de l'affaire en Irlande. Pour Ryanair, seuls les tribunaux irlandais sont compétents pour statuer sur les litiges entre les voyageurs et l'entreprise.

La justice moins favorable en Irlande...

Le problème, c’est qu’en Irlande, "la justice y est moins favorable aux consommateurs et il n'y existe aucun système d'action collective", analyse Julie Frère, porte-parole de Test Achats. Elle argumente qu’il s’agit d’une "argumentation obsolète, rejetée à plusieurs reprises par divers tribunaux, dont la Cour de cassation".

L'organisation de consommateurs rappelle que la compagnie a changé ses conditions générales, qui prévoient désormais qu'ils ont le droit d'entamer une procédure en justice dans leur pays de résidence, "admettant ainsi que leurs anciennes conditions générales (telles qu'applicables au cours de l'été 2018) devaient être modifiées", selon l'analyse de Julie Frère.

Test Achats a maintenant jusqu'au 20 janvier pour répondre aux conclusions de Ryanair.

Vos commentaires