En ce moment
 
 

Le transport fluvial pour réduire l'empreinte écologique? De plus en plus d'entreprises belges optent pour cette option

Le transport fluvial pour réduire l'empreinte écologique? De plus en plus d'entreprises belges optent pour cette option
©Belga

52 millions de tonnes de marchandises ont été transportées par bateau en Belgique rien qu'au deuxième trimestre 2018.C'est un record et une augmentation de 5% par rapport à la même période un an plus tôt.

Les entreprises n'hésitent pas à s'installer en bord de canal. Elles sont en tout cas de plus en plus nombreuses à opter pour le transport de fret par voie navigable.

C'est le cas de la brasserie de lambics Lindemans, située à Vlezenbeek (Brabant flamand), qui a choisi cette solution pour acheminer une partie de ses exportations au port d'Anvers. Il s'agit de cargaisons destinées aux marchés américain et asiatique.

"On constate d'année en année que nos camions passent de plus en plus de temps sur la route. Cela génère pas mal de pollution. C'est un peu dans ce cadre qu'on a réfléchi, avec le port de Bruxelles, à une solution qui nous permettrait de réduire notre empreinte écologique et de nous attaquer à ce problème de mobilité", explique Guillaume Van Dooren, responsable commercial, joint par notre journaliste Claire Carosone.


600 camions en moins sur les routes chaque année

La démarche de la brasserie lui permet de retirer quelque 600 camions des routes chaque année. C'est en effet par autoroute que transitaient jusqu'ici les bouteilles de bières, depuis Vlezenbeek jusqu'au port anversois. Aujourd'hui, des conteneurs vides sont équipés de kits d'isolation spéciaux chez Trimodal Terminal Brussels, l'opérateur du terminal à conteneurs du Port de Bruxelles. Ils sont ensuite amenés à la brasserie située dans le Pajottenland afin d'être chargés.

"Ces kits permettent de protéger les bières contre les variations de température sur l'océan", précise jeudi le Port de Bruxelles dans un communiqué. Les containers sont ensuite emmenés par camion jusqu'au port de Bruxelles où ils sont chargés sur des barges qui rallient Anvers en six heures. "Nous brassons chaque année 111.000 hectolitres dont 65% partent à l'étranger. Sur toutes ces exportations, 17% sont destinés aux Etats-Unis alors que la Chine est en train de les rattraper", situe Dirk Lindemans, gérant de la brasserie.          

Vos commentaires