En ce moment
 
 

Orchestra-Prémaman va fermer 34 magasins sur les 53 présents en Belgique

 
 

La direction du groupe Orchestra-Prémaman, en restructuration, a annoncé mardi en conseil d'entreprise extraordinaire son intention de fermer 22 magasins supplémentaires aux 12 dont la fermeture a déjà été initiée fin 2019. Le groupe gardera donc à terme 19 magasins sur les 53 qu'il détenait en Belgique et maintiendra plus de 200 emplois.

L'an dernier, Orchestra-Prémaman annonçait la fermeture de douze magasins : cinq en Flandre, cinq en Wallonie et deux à Bruxelles. 

Cette fois, 22 magasins supplémentaires sont concernés. Près du double, avec à la clé, plus d'une centaine de pertes d' emplois.

"Les douze magasins qui avait été initialement prévu ont représenté une perte d' emploi de 45 travailleurs puisqu'on a pu effectivement reclasser des travailleurs. Donc aujourd'hui on pourrait s'attendre encore à une bonne centaine", raconte Fabienne Meulemans, secrétaire adjointe SETCA - secteur commerce. 

L'enseigne de matériel pour bébé ne garderait donc que dix-neuf magasins. La liste n' est pas encore annoncée. Certains employés pourraient aussi être reclassés. 

Ce matin les vendeurs et vendeuses du groupe français ont reçu pour ordre de ne pas communiquer. "Aujourd'hui on est dans l'émotionnel clairement. Ce sont des travailleurs qui ont connu encore Prémaman, on a des ex-travailleurs au Market qui ont déjà connu la reprise et qui aujourd'hui se retrouvent de nouveau face à la même problématique. Deux fois sur sa carrière, ça fait quand même beaucoup", relate Fabienne Meulemans.

La rentabilité du groupe est pointée du doigt. Au total dans le monde, entre 100 et 150 magasins doivent mettre la clé sous la porte. En Belgique, syndicats et direction espèrent encore l'arrivée d'un repreneur.

"Plusieurs repreneurs du retail ont marqué leur intéressement sur certains points de vente (...) Malheureusement, on pourra pas reprendre tout le monde. On pourra pas reprendre tous les magasins mais on espère quand même qu'un maximum pourra être repris", déclare Fabienne Meulemans.

Le dialogue social n'est pas rompu. Une nouvelle réunion de négociations entre syndicats et direction est prévue mardi prochain.




 

Vos commentaires