En ce moment
 

Panama Papers: le scandale enfle, le fisc belge et les ex-patrons de Dexia mouillés

Panama Papers: le scandale enfle, le fisc belge et les ex-patrons de Dexia mouillés
PANAMA PAPERS

L'Inspection spéciale des impôts (ISI) savait au moins depuis 2009 que la Banque internationale à Luxembourg (BIL), elle-même filiale du groupe Dexia de 1996 à 2011, logeait parfois des comptes non déclarés au fisc belge, rapportent lundi les journaux Le Soir et De Tijd, qui ont participé avec Mo* et Knack à l'enquête sur la fuite de documents fiscaux "Panama Papers", menée par l'International Consortium of Investigative Journalists.


Un dossier enterré au plus haut niveau

En juin 2009, le directeur régional de l'ISI à Gand aurait signalé à sa hiérarchie ainsi qu'au gendarme bancaire (FSMA désormais) qu'un contribuable belge dissimulait son compte à la BIL derrière une société panaméenne. Si le gendarme bancaire a effectué un suivi du dossier, la section fédérale de l'ISI n'a pas donné suite, perdant l'occasion de retrouver des comptes non déclarés logés chez BIL.


Les patrons, dont Dehaene et Rogge, savaient

Experta, filiale de la BIL a créé 1.659 sociétés offshores, d'après les données des Panama Papers. Des pratiques connues par le siège bruxellois du groupe Dexia, qui ont eu lieu devant les nombreux Belges membres du conseil d'administration de BIL à l'époque, observe Le Soir citant parmi ceux-ci Jean-Luc Dehaene, Stefaan Decraene, Jacques Rogge, François Narmon ou Axel Miller.

Vos commentaires