En ce moment
 

A cause de la sécheresse, les frites sont plus petites mais seront-elles plus chères?

En raison d'un manque de précipitation en Belgique, la production de pommes de terre est 25% inférieure à la normale. Les frites s'en trouveront raccourcies, annonce la Filière wallonne de la pomme de terre. Aurélie Henneton et Philippe Godin se sont rendus dans une friterie de Charleroi pour le RTL info 13H.

Liliane est frituriste depuis 1979 et quand elle passe les pommes de terre à la trancheuse, elle peut constater cette différence de taille: "On a parfois de toutes petites pommes de terre mais on les mélange de façon à ce qu’il y ait des petites et des grandes frites dans les paquets". Une manière d’éviter que les gens ne se plaignent.

"Elles n’ont pas toutes le même calibre mais encore le fournisseur les trie pour qu’on ait les plus belles afin de justement satisfaire les clients", insiste Liliane.

frites2

 
Mais est-ce que les clients vont s’en rendre compte ?

"Vous savez, moi quand je mange des frites, je les mange, je les mesure pas", témoigne une jeune femme au micro d’Aurélie Henneton. Autre son de cloche du côté d’un jeune homme: "Je sens qu’il y a déjà une légère différence. C’est vrai qu’au niveau du goût, il y a une différence parce qu’elles sont un peu moins farineuses qu’avant". 

Le sentiment de ce témoin est correct car les récoltes de la Bintje, variété phare pour la confection des frites, sont retardées, car il fait trop chaud. La production sera 25 à 35 % moins généreuse, alors les prix montent. 

"Pour le moment, je paie au fournisseur le double du prix. Mais mon ancien fournisseur, c’est le triple du prix. J’essaye de ne pas augmenter trop vite pour les clients. Mais si ça reste à des prix pareils, je serai obligée de bouger comme tout le monde", explique Liliane. 

Vos commentaires