En ce moment
 
 

Un patron qui gagne 5 millions et un travailleur 1.500€ brut: des questions "populistes" pour le représentant des entreprises belges

 
 

Pieter Timmermans, administrateur délégué de la Fédération des entreprises de Belgique, était l’invité de Pascal Vrebos ce dimanche sur RTL-TVI. Vu son rôle de pointe en matière d’économie et d’entrepreneuriat, notre présentateur l’a questionné sur deux thèmes sensibles: d’abord les rémunérations des patrons parfois très élevées, et quelques minutes plus tard sur les salaires des travailleurs, parfois très bas. Pascal Vrebos a d’ailleurs rappelé que ces thèmes étaient récurrents dans les messages qu’il reçoit de la part des spectateurs. Des questions jugées "populistes" par Pieter Timmermans.

Pascal Vrebos: Un patron qui gagne cinq millions par an, pour vous c’est un bon chiffre, ou c’est quand même un peu trop?

Pieter Timmermans: Moi je ne m’exprime pas sur des chiffres, c’est très populiste. C’est très populiste…

Pascal Vrebos: Pourtant on en parle tout le temps.

Pieter Timmermans: Oui on en parle tout le temps, mais ça dépend de l’entreprise, dans quel domaine elle est située, qu’est-ce qu’elle fait, etc. Donc non.

[…]

Pascal Vrebos: Et 1.593 euros bruts, le salaire minimum. Franchement, vous pourriez vivre avec ça? Quelqu’un qui gagne ça, est-ce qu’il peut vivre avec ça? Avec des enfants?

Pieter Timmermans: Mais allé… ça ce sont des… Je ne réponds pas parce que ce sont des questions populistes de ces gens-là.

Pascal Vrebos: Mais est-ce qu’on peut vivre avec ça?

Pieter Timmermans: Mais je ne sais pas. Est-ce que les gens savent vivre avec ça à l’étranger? Apparemment oui. Donc c’est pas une question de…

Pascal Vrebos: Oui en Croatie c’est vrai que c’est encore moins.

Pieter Timmermans: Mais il faut nous comparer monsieur Vrebos… soyons un peu honnête. Vous êtes populiste.

Pascal Vrebos: Mais pas du tout ! C’est la question que les gens se posent, dans les courriers, lisez les forums. Qu’est-ce qu’on peut faire avec 1.500 euros aujourd’hui?

Pieter Timmermans: Mais comparez-vous à d’autres. Est-ce qu’on veut que ces gens se trouvent dans le chômage, avec une allocation encore plus faible? C’est ça la question qu’il faut poser! C’est ça la question! On oublie ici le côté marché de l’emploi. Est-ce qu’on veut expulser ces gens vers le chômage? C’est ça la question. Non. Nous voulons créer de l’emploi pour les gens, qu’ils trouvent de l’emploi, et qu’ils peuvent évoluer.




 

Vos commentaires