En ce moment
 
 

Un robot va-t-il prendre votre job? Voici les professions qui vont disparaître

Un robot va-t-il prendre votre job? Voici les professions qui vont disparaître
 
 

Dans sa rubrique Bel RTL Eco, Bruno Wattenbergh aborde le cas des professions qui vont disparaître. Selon une série d’études convergentes, en 2030, un métier sur deux existant aujourd'hui devrait avoir disparu et 60% des métiers qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore à l'heure actuelle.

Le monde change et cela impacte logiquement les métiers. 60% des métiers qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore aujourd’hui et un métier actuel sur deux devrait disparaître à cette échéance. C’est ce que prédit une série d’études convergentes. Et cette réalité nous concerne tous ou presque. 2030, c’est demain, pour les trentenaires et les quadragénaires qui travaillent aujourd’hui, pour les jeunes qui entament ou sortent des études. Bref parlons-en !

> UN ROBOT VA-T-IL PRENDRE VOTRE JOB? FAITES LE TEST!

 

Quels sont ces métiers qui vont disparaître ?

Tous ceux qui sont automatisables. Le phénomène que l’on a connu ces 20 dernières années dans l’industrie, avec une diminution de 40% des emplois à cause de cette automatisation, s’est propagé dans les services et va encore s’amplifier. Eclusiers, sténos, rémouleurs, pompistes, poinçonneurs ont disparu depuis longtemps. Caissières et conducteurs de métro sont remplacés par des machines. Demain, ce sont les fonctions intellectuelles de base qui sont menacées, comme les juristes par exemple, les agents de bourse et les traders qui sont concurrencés par le développement exponentiel de logiciels gérant des algorithmes complexes. Bref, même les cadres commencent à ressentir la pression. Les trois professions les plus menacées à court terme seraient les téléconseillers, les techniciens en informatique et les assureurs.

Mais on va quand même encore avoir besoin d’informaticiens ?

C’est une de mes surprises à la lecture des résumés de ces études, la disparition à terme des informaticiens est aussi envisageable et selon l’économiste Tyler Owen, seuls 15 % de ceux-ci seraient à terme épargnés par la destruction de l’emploi.

Est-ce un phénomène nouveau ?

Non, parmi le classement des 10 emplois les plus sollicités de nos jours, aucun d’entre eux n’était exercé il y a 11 ans, en 2004. A cette époque, des postes tels que spécialiste du développement durable, développeur ou programmeur d’applications mobiles, technicien du cloud computing, data miner ou encore manager de réseau social, n’existaient pas encore. Mais le phénomène s’accélère.

A l’inverse quels sont les professions qui vont émerger ?

D’abord et sans surprise, les professions de santé et d'aide aux personnes. Ensuite, les métiers très qualifiés, portés par le développement des nouvelles technologies, les ingénieurs ont de beaux jours devant eux.

Source: BBC avec Deloitte et l’Université d’Oxford. 


 

Vos commentaires