En ce moment
 

Wall Street, apaisée face à la crise turque, termine en hausse

(Belga) La Bourse de New York a terminé nettement dans le vert mardi, repartant de l'avant à la faveur d'une accalmie des craintes liées au plongeon de la livre turque.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,45% à 25.299,92 points, mettant ainsi fin à une série de quatre séances consécutives de baisse. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 0,65% à 7.870,89 points. L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,64% à 2.839,96 points. L'effondrement de la livre turque à son plus bas niveau historique et l'éventuel effet de contagion à d'autres économies avaient fortement secoué les marchés au cours des séances précédentes. "Mais les investisseurs ont probablement réalisé mardi qu'en dehors de la Turquie, qui va probablement connaître une dure récession peu importe ce qui se passe maintenant, les risques étaient assez limités", a estimé Christopher Low de FTN Financial. "Les courtiers s'inquiétaient particulièrement de l'exposition des banques européennes et de la possibilité qu'elles encaissent de grosses pertes mais elles ont apparemment su rassurer", a noté l'économiste. Le secteur bancaire américain en a profité, JPMorgan Chase s'appréciant par exemple de 0,67%, Citigroup de 1,23% et Bank of America de 1,02%. La situation est toutefois loin d'être réglée aux yeux de M. Low puisque "la Banque centrale américaine prévoit toujours de continuer à remonter ses taux d'intérêt alors que la Turquie n'a pris aucune mesure concrète" en ce sens, ce qui devrait accentuer le recul de la devise turque face au dollar. De plus les tensions avec les Etats-Unis, à l'origine de l'accélération du plongeon de la monnaie la semaine dernière, ne semblaient pas s'apaiser, le président turc Recep Tayyip Erdogan lançant un appel au boycott des appareils électroniques américains. Dans un marché qui en cette fin de saison de résultats détourne son attention des chiffres trimestriels des entreprises pour se concentrer sur des problématiques plus macro-économiques, "l'absence de nouvelles tensions sur le front commercial est aussi considéré comme une bonne nouvelle", a souligné Art Hogan de B. Riley FBR. La séance a par ailleurs été marquée par un nouveau rebondissement dans le feuilleton Tesla (-2,46%), scruté de près depuis que son PDG Elon Musk a annoncé la semaine dernière son intention de retirer le groupe de la cote. Le fabricant de voitures électriques a annoncé mardi avoir formé un comité spécial pour étudier ce projet. Le marché obligataire s'est un peu tendu: le rendement sur la dette américaine à dix ans montait vers 20H20 GMT à 2,894% contre 2,879% à la clôture lundi, et celui à 30 ans à 3,060% contre 3,047% la veille. (Belga)

Vos commentaires