En ce moment
 
 

Wall Street, freinée par la Chine, finit en baisse

(Belga) Wall Street a clôturé en baisse lundi, lestée, tout comme les principales places mondiales, par des chiffres jugés décevants sur le commerce extérieur chinois qui éveillaient à nouveau le spectre d'un ralentissement de l'économie mondiale.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a reculé de 0,36%, à 23.909,84 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 0,94%, à 6.905,92 points. L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,53% à 2.582,61 points. L'annonce lundi par Pékin d'une baisse de l'excédent commercial chinois de 16,2%, à 351,8 milliards de dollars, a entraîné une chute des places financières mondiales, d'abord en Asie, puis en Europe, et enfin aux Etats-Unis. Au-delà de l'annonce de lundi, "les données économiques chinoises suggèrent depuis plusieurs mois que l'économie est en train de ralentir", a commenté Adam Sarhan de 50 Park Investment. Croissance plus molle, ralentissement de l'activité manufacturière, des ventes au détail... De nombreux voyants indiquent un essoufflement de la deuxième économie mondiale, pourtant poumon de la croissance dans le monde depuis des années. Ces craintes d'un calage de l'activité chinoise, et par conséquent de la croissance mondiale, ont déjà entraîné une forte chute des indices fin 2018 et constituent, selon des propos du patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, jeudi, "l'inquiétude principale" de l'institution. Les marchés faisaient par ailleurs face à d'autres motifs d'inquiétudes, encourageant les courtiers à rester en retrait. "Entre les dernières statistiques sur le commerce extérieur chinois (...) le shutdown, et les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine qui avancent peu, le marché américain comme les marchés mondiaux sont soumis à de nombreux motifs d'inquiétude", a commenté Peter Cardillo de Spartan Capital. Lundi, les investisseurs se positionnaient également au démarrage de la saison des résultats du quatrième trimestre 2018. En guise de top départ à cette saison, la banque Citigroup a annoncé lundi des résultats contrastés, marqués par un bond de ses bénéfices sur fond de stagnation de ses revenus. Son titre a toutefois pris 3,95%. Les banques JPMorgan Chase (+1,03%) et Wells Fargo (+1,15%) doivent publier les leurs mardi, avant Bank of America (+1,31%) et Goldman Sachs (+1,01%) mercredi. Malgré cette bonne santé des banques, le cabinet S&P Capital IQ a revu à la baisse ses perspectives de croissance des bénéfices des entreprises américaines, à 12,1% pour le quatrième trimestre 2018 et 5,6% sur l'ensemble de l'année 2019. Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,705% vers 21H20 GMT, contre 2,701% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,051%, contre 3,033% en fin de semaine dernière. (Belga)

Vos commentaires