En ce moment
 
 

Wall Street quasi stable dans un marché volatile

 
 

(Belga) Wall Street a terminé proche de l'équilibre jeudi à l'issue d'une séance volatile, les investisseurs digérant des données économiques américaines, une nouvelle poussée du pétrole et des informations sur l'échec de l'essai clinique d'un antiviral pour lutter contre le coronavirus.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, est monté de 0,17%, à 23.515,26 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 0,01%, à 8.494,75 points et l'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,05%, à 2.797,80 points. Les indices new-yorkais avaient démarré la séance en forte hausse après des chiffres du département du Travail indiquant 4,4 millions de nouvelles inscriptions au chômage aux États-Unis la semaine dernière. Ces chiffres sont certes très élevés et reflètent l'ampleur de la crise due au coronavirus, mais ils marquent une baisse par rapport à la semaine précédente et étaient proches des attentes du marché. Au rang des autres indicateurs, les ventes de maisons neuves aux États-Unis ont chuté au mois de mars (-15,4%) alors que la pandémie de Covid-19 se propageait dans le pays, selon les données du département du Commerce. Wall Street avait par ailleurs profité de la nette hausse des cours de l'or noir avec le regain de tensions entre les États-Unis et l'Iran et malgré la faible consommation d'or noir. Mais la Bourse de New York a effacé la plupart de ses gains dans l'après-midi après des informations selon lesquelles le laboratoire américain Gilead Sciences (dont le cours a perdu 4,34% jeudi) n'était pas parvenu à traiter efficacement des malades atteints du Covid-19 lors d'un essai clinique de l'antiviral remdesivir. Un résumé des résultats de cet essai a été publié par erreur, avant d'être retiré, sur le site de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a rapporté le Financial Times. "Le marché a compris qu'il n'y aurait pas de vaccin rapidement, mais il espère qu'on va trouver des traitements" pour lutter contre le coronavirus, indique Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services. "On est à la fin d'un rebond et il faut un deuxième souffle", ajoute M. Volokhine, notant que Wall Street avait achevé vendredi dernier sa seconde semaine de hausse consécutive. "Ce deuxième souffle va venir de nouvelles positives sur la fin du confinement ou de nouvelles positives au niveau des traitements", estime l'expert. Sur le marché obligataire, le taux à dix ans sur les bons du Trésor américain reculait par rapport à la veille, s'établissant à 0,5968% contre 0,6190% mercredi soir. (Belga)




 

Vos commentaires