En ce moment
 

"Je voterai pour vous": un sénateur républicain revigore le camp pro-Kavanaugh

(Belga) "Ce n'est pas un entretien d'embauche. C'est un enfer": le sénateur républicain Lindsey Graham s'est enflammé jeudi lors de l'audition du juge Brett Kavanaugh, mettant ses collègues au défi de voter contre le juge choisi par Donald Trump pour siéger à la Cour suprême.

Avec la véhémence qui est la sienne dans les moments charnières de la vie du Sénat, Lindsey Graham a pris la parole lors de l'audition pour défendre l'honneur du juge, soumis à un nouvel interrogatoire après avoir été accusé de tentative de viol lors d'une soirée il y a 36 ans, lorsqu'il avait 17 ans, par Christina Blasey Ford, aujourd'hui universitaire. Celle-ci a témoigné jeudi au Sénat dans la même salle, avant M. Kavanaugh, et à la veille d'un vote crucial en commission pour approuver ou rejeter la nomination. Jusqu'alors, toute la journée, les membres républicains de la commission avaient cédé leur temps de parole à une procureure spécialiste des agressions sexuelles, qui était chargée d'interroger Mme Blasey Ford et M. Kavanaugh à leur place. Mais Lindsey Graham a repris le micro, et l'initiative. "A mes collègues républicains: si vous votez non, vous légitimez la chose la plus abjecte que j'ai jamais vue dans ma carrière politique", a lancé le sénateur, ostensiblement en colère. Il a dénoncé le comportement de la minorité démocrate, plus intéressée selon lui par marquer des points politiques contre Donald Trump que par trouver la vérité. "J'espère que vous serez à la Cour suprême", a dit Lindsey Graham à M. Kavanaugh. "J'espère que les Américains ne croiront pas ce simulacre. Je vous souhaite bonne chance. Et je voterai pour vous, et j'espère que tous ceux qui croient en la justice voteront également pour vous". Un message entendu immédiatement à la Maison Blanche chez les supporteurs du juge. "Lindsey Graham a plus de morale et de courage que l'ensemble des membres démocrates de la commission réunis. Que Dieu le bénisse", a tweeté la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. (Belga)

Vos commentaires