En ce moment
 
 

"La France n’est pas la poubelle judiciaire de la Belgique"

 
 

Le père de la petite Julie a réagi au "non" de la France à la venue de Michèle Martin. "Je comprends tout à fait cette décision. Comme je dis, la France n’est pas la poubelle judiciaire de la Belgique."

"Je m’aperçois qu’on fait les choses à l’envers", a déclaré Jean-Denis Lejeune en direct du journal de 13 heures. "Je pensais que le Tribunal d’application des peines pouvait remettre un avis positif à condition que toutes les conditions soient respectées, notamment un programme de réinsertion. (…) Il aurait fallu que tous les accords soient établis avec la justice française et ceux qui allaient accueillir Michèle Martin". Victime dans cette affaire, Jean-Denis Lejeune a exprimé sa colère et sa situation délicate : "Quand on apprend que celle qui a laissé mourir son enfant de faim et de soif dans la cache va être libérée et que c’est tout à fait légal […] il est temps de remettre à l’agenda la réforme de la justice et plusieurs points en particulier".

Rien n'est gagné

Le papa de la petite Julie le sait, "cette décision sera mise à l’agenda, je ne sais pas pour combien de temps et je suppose que les mêmes personnes reprendront les mêmes décisions car la loi le permet. J’espère que cette fois ci, l’accord sera donné après un programme ferme et définitif".

Dans le journal de 19h, Jean-Denis Lejeune a encore précisé sa pensée. "Je comprends tout à fait cette décision. Comme je dis, la France n’est pas la poubelle judiciaire de la Belgique."

 

La maman de Laetitia Delhez "soulagée"

Sébastien Prophète a rencontré Patricia Martin. Celle-ci a déclaré que la nouvelle du refus de la France était "un petit soulagement", ajoutant que c'est ce qu'elle "espérait". "J’espère que, que ce soit la France ou un autre pays, personne ne l’accepte", a-t-elle encore souhaité.



 




 

Vos commentaires