En ce moment
 
 

2000 milliards: l'argent sale continue à circuler dans les grandes banques, y compris belges

2000 milliards: l'argent sale continue à circuler dans les grandes banques, y compris belges
(c) AFP
 
 

C'est la conclusion tirée d'une enquête menée pendant 16 mois par plus de 400 journalistes dans 88 pays.

Les banques, y compris des banques belges, sont une pièce maîtresse de la machine à blanchir l'argent de la fraude et du crime organisé, révèle la nouvelle enquête - baptisée FinCEN Files - du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), dont fait notamment partie Le Soir. Selon les documents qui ont fuité, ces banques ont permis que quelque 2.000 milliards de dollars d'argent sale parcourent la planète.

Parfois, les banques recourent à de simples recherches Google pour tenter d'identifier la personne

"Certaines banques notifient les transactions suspectes beaucoup trop tard, après avoir négligé dans un premier temps d'importants signaux de blanchiment. Parfois, les banques recourent à de simples recherches Google pour tenter d'identifier la personne à l'origine d'une transaction de plusieurs millions. Dans d'autres cas, elles ne se mettent à signaler des transactions suspectes qu'après la mention d'un de leurs clients dans un article de presse un brin critique", écrit Le Soir.

"Les banques belges ne sont pas toutes blanches non plus. Notre pays apparaît à maintes reprises dans les FinCEN Files. De Tijd Knack et Le Soir ont fait des maths: 365 des 2.100 SAR (suspicious activity report) contiennent au moins une fois le mot 'Belgium' et ING, KBC, Belfius et BNP Paribas Fortis, soit les quatre premières institutions du pays, y sont toutes citées avec plus ou moins d'occurrences", poursuit le quotidien. "Elles sont mentionnées dans les rapports qui ont fuité car des comptes logés en Belgique sont utilisés pour des transferts qualifiés de suspects, allant de quelques centaines à plusieurs millions de dollars", ajoute-t-il.

L'enquête du Consortium a été lancée il y a 16 mois. Elle regroupe plus de 2.100 documents décortiqués et enrichis par plus de 400 journalistes de 88 pays.

Les banques assurent lutter activement et propose une coopération encore accrue avec le gouvernement et la justice

Réagissant à ces révélations, Febelfin, la Fédération du secteur bancaire en Belgique, a déclaré dans un communiqué que "la protection de la société contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme devient une priorité absolue pour les banques belges." Elle assuré que les banques belges avaient consenti "des investissements et efforts considérables pour intensifier la lutte contre le blanchiment d'argent et assumer leur responsabilité de sentinelles."

Considérant que "les banques sont un maillon fondamental dans la détection du et la lutte contre le blanchiment d'argent", la Febelfin ajoute qu'"elles ne sont bien sûr qu'une composante d'un ensemble plus vaste." Dès lors, elle préconise "une concertation plus étroite entre le secteur financier et les autorités publiques (gouvernement, cellule anti-blanchiment, autorités judiciaires, etc.) afin d'échanger des informations de manière efficace."




 

Vos commentaires