En ce moment
 

Béatrice, amputée des deux jambes après les attentats de Bruxelles, poursuit sa rééducation: "Pour le moment, ce n'est pas top"

  • Amputée après l''attentat, Béatrice De Lavalette témoigne

  • Victime des attentats de Bruxelles, Béatrice poursuit sa rééducation

 

Béatrice, amputée des deux jambes suite aux attentats de Bruxelles, poursuit sa convalescence aux Etats-Unis. Trois ans après les faits, elle explique comment elle se reconstruit après cette terrible épreuve.

Béatrice De Lavalette fait partie des victimes des attentats du 22 mars 2016. Âgée de 17 ans au moment des faits, elle a été plongée dans un coma artificiel et a subi une dizaine d'opérations. Quand elle s'est réveillée, elle était amputée des deux jambes, sous les genoux.

Trois ans plus tard, Béatrice est aux Etats-Unis et a repris la compétition en équitation paralympique. Notre journaliste Serge Vermeiren l'a contactée. "Pour le moment, ce n'est pas top. Je suis retournée à l'hôpital car j'ai eu une infection d'une blessure, il y a trois semaines à peu près. J'ai dû être opérée pour nettoyer tout cela. Et maintenant je récupère tout doucement", a-t-elle confié via Skype.


"J'ai toujours beaucoup de souvenirs"

Pour toutes ces raisons, la jeune femme ne pourra pas être présente à Bruxelles pour les commémorations, mais certains de ses proches y seront. "Malheureusement je ne peux pas être en Belgique pour les commémorations des 3 ans, mais j'ai de très très bons amis qui vont poser des fleurs pendant la minute de silence en mon honneur", a-t-elle ajouté.

Son sens de l'humour, ses proches, et ses rêves sportifs lui permettent de surmonter les épreuves. "J'ai toujours beaucoup de souvenirs de ce qui s'est passé, de ce que j'ai vu, mais cela ne m'empêche pas de continuer ma vie, et avec beaucoup de joie", confie-t-elle.

Par contre, la jeune femme avoue être quelque peu déçue des autorités belges, et de leur manque de soutien aux victimes de ces attentats. "C'est énervant qu'on doive aller aussi loin, comme par exemple faire une grève de la faim, pour faire comprendre au gouvernement qu'ils n'ont pas aidé autant qu'ils auraient pu et qu'ils devraient vraiment commencer à le faire".

Notre journaliste avait déjà rencontré Béatrice un an après les attentats. Voici ci-dessous le compte-rendu de cette interview réalisée en 2017.

Vos commentaires