En ce moment
 

Bernard Wesphaël a entamé les démarches pour devenir visiteur de prison: "Il me sera impossible de rencontrer ceux qui ont commis des actes monstrueux"

Bernard Wesphaël envisage de devenir visiteur de prison. Il en a fait la demande. L’ancien député wallon explique dans Sud Presse qu’il connait mieux que personne la situation des détenus puisqu’il en a été un lui-même.

Bernard Wesphaël a été incarcéré 10 mois à Bruges. Depuis sa libération, ce n’est pas la première fois qu’il marche en direction d’une prison. "Je suis déjà allé revoir la prison de Bruges. Je vais alors rencontrer l’aumônier qui justement m’a visité dans une situation extrêmement douloureuse, proche du suicide, et m’a sauvé la vie", explique Bernard Wesphaël.


"Quand vous avez homme honnête en face de vous, ces visites sont fondamentales"

"Je me suis rendu compte à quel point les visites de prison, quand elles sont bien faites et que vous avez un homme honnête en face de vous, qui est là pour vous aider vraiment, sont fondamentales", a réalisé l'ancien député wallon. "Surtout quand vous n’avez pas de famille, pas de lien extérieur."


Sa demande a été introduite

Extrait de casier judiciaire vierge en main, Bernard Wesphaël s’est adressé à une ASBL qui organise les visites des bénévoles en prison. Il faut encore s’engager à respecter un code de déontologie et avoir le feu vert de l’administration pénitentiaire.


"Faire de mon incarcération quelque chose de positif"

"J’ai du temps, mais en même temps, parallèlement, je cherche un emploi d’éducateur social à mi-temps", précise Bernard Wespaël. "Je veux me rendre actif, essayer de faire de ce qu’il s’est passé dans ma vie, de mon incarcération, de ce traumatisme, quelque chose de positif pour les années qu’il me reste à vivre."


"Ceux qui ont commis des actes d’une certaine monstruosité, il me sera impossible de les rencontrer"

"Je suis prêt à rencontrer les gens qui veulent me rencontrer, mais évidemment, ceux qui ont commis des actes d’une certaine monstruosité, c’est plus fort que moi, il me sera impossible de les rencontrer", souligne-t-il. "C’est au-dessus de mes forces".

Bernard Wesphaël espère obtenir le statut de visiteur de prison d’ici un ou deux mois.

Vos commentaires