En ce moment
 

Bruxelles: manifestation de soutien à l'hébergeur de migrants incarcéré depuis 8 mois

(Belga) Une centaine de personnes, selon la police présente sur place, se sont rassemblées mercredi de 13H00 à 14H00 devant le palais de justice de Bruxelles en solidarité avec Walid, un hébergeur de migrants détenu depuis 8 mois. L'audience qui statuera à Bruxelles sur sa demande de libération a été reportée de ce jour 14H00 à jeudi matin.

Des discours ont été prononcés, notamment par l'avocate Selma Benkhelifa du réseau Progress Lawyers Network. Elle a défendu que les arguments avancés pour maintenir Walid en détention préventive ne tiennent pas. Le risque de fuite en Tunisie est selon elle écarté, vu que ce sont les autorités qui ont son passeport. Quant au risque de faire disparaître des preuves, elle souligne que l'enquête est terminée et qu'une perquisition a déjà été effectuée à son domicile. L'argument visant à prévenir une entente avec un autre inculpé pour fournir une même version ne peut pas non plus être invoqué selon l'avocate étant donné que Walid a été placé en cellule avec le migrant qu'il a hébergé. "Ce qu'on lui reproche, c'est uniquement d'être un hébergeur", a déploré Selma Benkhelifa. "On ne lui dit pas qu'il a gagné de l'argent. On ne lui dit pas qu'il a abusé de migrants. Il est uniquement un hébergeur et pour cela il est depuis 8 mois en prison". Walid est un Tunisien de 42 ans, qui jouit d'un droit de séjour illimité en Belgique. Il habite Bruxelles depuis 17 ans et a été marié à une Belge pendant de longues années. Il a précisé, dans une lettre écrite depuis sa cellule, qu'il n'avait jamais commis aucun délit. Il est accusé d'avoir hébergé un passeur présumé. Ce dernier affirme de son côté n'être qu'un simple migrant qui essayait de passer en Angleterre. Dans cette affaire, 11 personnes son inquiétées, des passeurs présumés actuellement en détention et 4 hébergeurs, à savoir Walid, Zakia qui a fait deux mois de détention préventive, Anouk Van Gestel, rédactrice en chef de Marie Claire Belgique, et Myriam Berghe, journaliste chez Femmes d'Aujourd'hui. Ces derniers sont soupçonnés d'avoir hébergé des passeurs et d'avoir aidé des migrants à traverser les frontières. (Belga)

Vos commentaires