En ce moment
 
 

Charleroi: traitée pour une MST à 13 ans, elle confie être victime d'abus sexuels par son père

Charleroi: traitée pour une MST à 13 ans, elle confie être victime d'abus sexuels par son père
 
 

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné mercredi F.K. à 8 ans de prison ferme et M.R. à 2 ans de prison ferme. Les deux fils de la deuxième prévenue, poursuivis pour viols sur deux des victimes, ont été acquittés. Le premier prévenu était poursuivi pour viols et attentats à la pudeur sur quatre de ses enfants, traitements dégradants et coups et blessures sur trois d'entre eux. M.R., la belle-mère, était suspectée de traitement dégradant et inhumain sur deux des mineurs et coups et blessures sur quatre victimes.


En février 2019, la fille de F.K., âgée de 13 ans, s'était rendue chez la gynécologue pour traiter une MST. "Face au jeune âge de la mineure, le médecin a demandé des explications. Et c'est à ce moment-là que la victime a confié les abus sexuels dont elle était victime de la part de son père, dans la chambre à coucher, dans le grenier ou dans la voiture", avait précisé le ministère public.

"Il y a aussi les tâches ménagères à effectuer à répétition à titre de punition"

La jeune mineure avait, par la suite, confirmé être victime d'abus sexuels de la part de ses deux demi-frères âgés d'une vingtaine d'années, mais également subir des traitements dégradants de la part de sa belle-mère. "Elle évoque des coups de taser mais également des coups avec une cuillère en bois ou un bâton. Elle et son petit frère, également victimes de violence, parlent de punitions. Ils ne peuvent pas partir en voyages scolaires, car ils ne le méritent pas, doivent rester debout ou attachés au lit. Il y a aussi les tâches ménagères à effectuer à répétition à titre de punition."

Trois autres enfants du père de famille avaient confirmé des abus sexuels commis il y a une dizaine d'années par leur père. "Tout est faux, je ne comprends pas ces accusations. La seule chose que je reconnais, ce sont les baffes distribuées à mon fils, qui est un voleur et un menteur. Il était difficile à vivre", avait indiqué F.K. Les trois autres prévenus contestaient l'ensemble des préventions.

L'avocat du père également plaidé un acquittement

Une peine de 10 ans de prison avait été requise par le ministère public contre F.K., et d'une dizaine de mois de prison contre sa compagne, poursuivie pour traitements inhumains et dégradants et pour coups et blessures.

Une peine de minimum six ans de prison était requise contre les deux demi-frères pour viols et attentats à la pudeur sur deux mineurs. Me Laurent, à la défense de F.K., avait plaidé une suspension du prononcé pour les coups reconnus sur le fils et un acquittement pour les autres préventions. L'avocat avait également plaidé un acquittement pour les préventions reprochées à la belle-mère. Me Glorieux et Me Vanardois, avocats des troisième et quatrième prévenus, avaient plaidé un acquittement pour les abus sexuels.


 

Vos commentaires