En ce moment
 

Un ex-combattant en Syrie devient conducteur de train à son retour chez nous: Zakaria n'avait de casier judiciaire lors de son engagement

Pendant 9 mois, un homme, tout juste condamné dans un dossier de terrorisme et de retour de Syrie, a suivi une formation pour devenir conducteur de train. Personne au sein d'Infrabel n'a été alerté sur son passé. Pour cette formation, il a même été rémunéré. Lorsque son passé judiciaire a été révélé fin septembre, il a été licencié.

Zakaria H., combattant syrien engagé comme conducteur de train, n'avait pas encore de casier judiciaire au moment de son engagement, a fait savoir jeudi le Service public fédéral Justice. L'intéressé avait été condamné en décembre dernier à trois ans de prison avec sursis pour avoir séjourné en Syrie entre septembre 2013 et mars 2014 aux côtés d'autres djihadistes belges.


Engagé quelques semaines après sa condamnation

Le 1er février, quelques semaines après sa condamnation donc, l'homme a été engagé pour devenir conducteur de train technique pour Infrabel après une formation, comme nous vous le rapportions. Lorsque son passé judiciaire a été révélé fin septembre, il a été licencié.

Le SPF Justice a fait part de l'historique du dossier jeudi. Zakaria H. a été condamné le 15 décembre 2016 par le tribunal correctionnel. Le 27 janvier 2017, le greffier a rédigé un bulletin de condamnation, soit un compte rendu, du jugement. Cette étape n'intervient que quand la condamnation est définitive et que plus aucun appel n'est possible.


"Cette chronologie suit la procédure normale"

Ensuite, le greffier a pu transmettre le bulletin en question par la poste au Service Casier judiciaire central, qui a enregistré les modifications le 15 février 2017, soit deux semaines après l'engagement de Zakaria H. "Cette chronologie suit la procédure normale dans le respect du délai d'appel de la personne condamnée", a encore indiqué le SPF. "La condamnation par le tribunal correctionnel était visible sur tous les extraits de casier judiciaire à partir du 15 février 2017." De son côté, le parquet fédéral a quant à lui indiqué ne pas souhaiter réagir sur cette affaire.

Vos commentaires