En ce moment
 

Philippe Roufflaer AVOUE l'assassinat de ses deux filles au premier jour du procès

  • Début du procès de Philippe Roufflaer, accusé d''avoir tué ses deux filles

  • Début du procès de Philippe Roufflaer, infos en direct

 

Philippe Roufflaer a avoué l'assassinat de ses deux filles, âgées de 8 et 11 ans, à Soumagne, ce lundi lors du premier jour de son procès devant la cour d'Assises de Liège.

Philippe Roufflaer (42 ans) a reconnu lundi au début de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège sa responsabilité dans les faits qui ont causé la mort de ses deux filles, le 30 décembre 2016 à Soumagne. Il a formulé pour la première fois des aveux alors qu'il avait toujours nié les faits depuis le début de l'enquête. "Je sais que c'est moi qui ai commis ces faits mais je ne m'en souviens plus", a-t-il affirmé. L'accusé a décidé de prendre ses responsabilités au début de l'interrogatoire du président Philippe Gorlé, venant directement à son souhait d'avouer les faits. "C'est bien moi qui ai commis les faits. Je ne me le pardonnerai jamais. J'ai commis l'irréparable. C'est difficile pour moi car je ne m'en souviens pas. Mais je sais que c'est moi", a-t-il annoncé.


Naora, égorgée, Loana, étranglée

Philippe Roufflaer est accusé d'avoir tué ses deux filles, Naora et Loana. Les deux fillettes auraient préalablement été endormies à l'aide de médicaments. Elles avaient ensuite été surprises dans leur sommeil par leur agresseur. Naora, 11 ans, avait été égorgée. Loana, 8 ans, avait été étranglée à l'aide d'une corde. Philippe Roufflaer aurait ensuite mis le feu à leur chambre pour tenter de se suicider. L'accusé a toujours contesté les faits. Durant l'enquête, ce Liégeois de 42 ans a livré plusieurs versions des faits, à un point tel que ceux qui connaissent le dossier ignore ce qu’il va raconter ce matin. Certains vont jusqu’à dire qu’il serait capable d’incriminer le Père Noël.

"Il a bousillé ma vie. Il a bousillé mes enfants. Elles étaient tellement belles. Il a tout détruit et il continue. Qu’il avoue ce qu’il a fait. Mais ça il ne le fera jamais", avait déploré Vanessa, la maman, les sanglots dans la voix.

"Il est impatient depuis le premier jour car il n’attend qu’une chose: pouvoir se défendre concrètement face à ses juges, la cour d’assises en l’occurrence", assurait maître Renaud Molders-Pierre, au micro de notre journaliste Antoine Schuurewegen avant le procès. 

Après avoir invoqué un trou de mémoire, il avait expliqué avoir été victime d’un commando envoyé par la mère de ses filles dans sa dernière audition. Un rebondissement qui révoltait l’avocat de Vanessa, la mère des victimes: "Il essaie encore de la faire souffrir mais il ne pourrait pas faire davantage. Il parle en tout cas de la mort d’une des deux petites avec un détachement absolument insupportable", lançait maître Philippe Zevenne.

Dix jours de procès sont prévus pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé dans la chambre du premier étage, celle où Loana et Naora ont été sauvagement tuées.

Vos commentaires