En ce moment
 
 

Près de 150 demandeurs d'asile dorment dans le froid à Bruxelles: "Nous mangeons aussi ici car on ne peut pas rentrer"

 
 

Depuis plusieurs semaines à Bruxelles, chaque nuit, environ 150 demandeurs d'asile dorment dehors, dans le froid. Des hommes, des femmes et des enfants qui demandent à être accueillis dans le centre du Petit-Château. Il est complètement saturé et refuse presque toutes les nouvelles arrivées.

Au centre des demandeurs d’asile du Petit Château, la situation devient compliquée. Deux files sont formées devant l’entrée : l’une pour les hommes seuls, l’autre pour les enfants et les familles.

Chaque matin, ils sont près de 150 à espérer y trouver une place. Emmitouflés dans des couvertures pour surmonter le froid et marchant sur des cartons leur servant de lit durant la nuit, certains se voient refuser l’accès pour cause de manque de place.

"Toute la nuit et toute la journée nous sommes ici, nous mangeons et dormons ici parce que nous ne pouvons pas rentrer. Pourquoi ?", s’interroge un des demandeurs d’asile en colère.

"Aujourd’hui, ce dont on a besoin c’est d’un management de crise", réclame Geert Bossaerts, coordinatrice de l'ONG "Starpunt". "On doit trouver des solutions pour loger 150 à 200 personnes tous les jours pour éviter qu’ils logent dans la rue et qu’au moins leurs droits soient respectés".

Par rapport à l’année dernière, le nombre de demandeurs d’asile a augmenté de 25%. Les associations demandent au ministre d’Etat d’agir rapidement.

Un autre centre d'accueil de demandeurs d'asile est par ailleurs dans l'actualité depuis plusieurs semaines. Il s'agit du centre situé à Spa, en province de Liège. Il accueille 400 résidents, c'est trop selon la bourgmestre (voir reportage ci-dessous).


 




 

Vos commentaires