En ce moment
 
 

Deux Bosniaques condamnés pour des crimes contre des Serbes à Sarajevo

 
 

(Belga) Deux ex-membres des forces musulmanes de Bosnie ont été condamnés vendredi à de la prison pour des crimes de guerre contre des civils serbes durant le siège de Sarajevo il y a trois décennies, en particulier des meurtres et des viols.

Il est rare que des crimes commis contre des civils serbes par les forces bosniaques dans la capitale pendant le conflit de 1992-1995 débouchent sur des condamnations. Avec plus de 11.000 morts, dont 1.600 enfants, tombés sous les bombes ou sous les balles des snipers, l'interminable siège de Sarajevo reste un symbole des crimes perpétrés par les forces serbes de Bosnie. Mais dans cette ville qui était multi-ethnique avant le conflit, des civils serbes ont aussi été victimes de crimes de guerre aux mains de défenseurs dévoyés de Sarajevo. Senad Dzananovic, accusé d'avoir dirigé plusieurs lieux de détention dans le quartier d'Alipasino Polje, en banlieue proche de Sarajevo, a été condamné à 11 ans de réclusion. Edin Gadzo, un de ses subordonnés, a écopé de cinq ans, a annoncé la Cour d'Etat de Bosnie dans un communiqué. Les deux condamnés appartenaient à une unité spéciale fondée par Jusuf "Juka" Prazina, l'un des seigneurs de guerre durant le siège, assassiné en Belgique en décembre 1993. Paramilitaire au départ, cette unité avait rapidement été intégrée aux forces gouvernementales bosniaques. Ils ont été reconnus coupables d'avoir "participé à l'incarcération illégale de civils serbes", hommes et femmes, détenus dans "des sous-sol d'immeubles (...) où ils ont été tués, violés, torturés" ou "contraints au travail forcé", selon le verdict. Le procureur Vladimir Simovic a accusé Dzananovic de sept meurtres et d'avoir participé à trois autres. Une femme, qui était témoin protégée, l'a accusé de l'avoir régulièrement violée pendant plusieurs mois, parfois aussi avec d'autres membres de son unité. Selon l'acte d'inculpation, plus de cent civils serbes ont été détenus par Dzananovic entre mai et juillet 1992. Les restes de certains disparus n'ont jamais été retrouvés. "Pour certaines personnes, on ne sait tout simplement pas ce qui s'est passé", a dit le procureur au cours du procès. D'autres unités ont aussi commis des crimes contre des civils serbes déterminés à rester à Sarajevo pendant le siège, malgré la décision d'une grande partie des Serbes de la capitale de partir peu avant le début du conflit. Aucune estimation fiable du nombre de ces victimes n'existe, les chiffres avancés allant de quelques dizaines à quelques centaines. Plusieurs dizaines de dépouilles ont été jetées dans le ravin de Kazani, sur les hauteurs de la ville. La guerre a fait 100.000 morts entre 1992 à 1995, dont deux tiers de Bosniaques, selon une commission indépendante. (Belga)




 

Vos commentaires