En ce moment
 
 

Opération d'envergure contre une organisation criminelle: les deux policiers carolos sont INCULPÉS

Dans le cadre de la vaste opération de police qui a visé mardi dernier une organisation criminelle suspectée d'escroquerie en lien avec la vente de voitures sur internet, les deux policiers interpellés à l'issue d'une perquisition vendredi matin dans le commissariat de la police locale de Roux (Charleroi) ont été placés sous mandat d'arrêt samedi après-midi, a confirmé le porte-parole du parquet fédéral samedi en fin de journée.

Ce mardi, une énorme opération impliquant 1.200 policiers a été menée à plusieurs endroits de Belgique. La cible? Une vaste organisation criminelle suspectée principalement d'escroquerie dans le milieu des gens du voyage.

Ce samedi, nos sources nous apprennent que durant l'opération, les enquêteurs se sont rendus compte que certains suspects, membres de la communauté des gitans, pourraient avoir pris la fuite avant l'arrivée des policiers. Ont-ils été prévenus par une source interne à la police?

 
D'après une information de Sudpresse, confirmée par nos sources, deux policiers ont été arrêtés dans les locaux du commissariat de Roux. Ils sont suspectés d'avoir donné des informations sur les perquisitions menées mardi dernier, notamment à Jumet. Ils auraient notamment dévoilé les heures d'arrivée des policiers.

Ce dimanche, le parquet fédéral dément en indiquant qu'ils n'ont pas été inculpés pour cette raison-là, sans dévoiler davantage de précisions. Il confirme leur arrestation de façon très brève: "Nous pouvons confirmer que deux policiers ont été privés de liberté." Ils ont passé la nuit en cellule. Ce samedi soir, on apprennait qu'ils étaient tous les deux été inculpés pour violation du secret professionnel de l'instruction et corruption. Le commissariat de la police locale de Roux a été perquisitionné par l'Inspection Générale de la Police, vendredi matin.

7019377


Ces deux policiers auraient donc permis à plusieurs suspects de quitter les lieux avant l'arrivée des enquêteurs. Des individus suspectés de faire partie d'un vaste réseau d'escroqueries dans la vente de véhicules sur internet.

Quant à la police de Charleroi, que nous avons contactée ce samedi matin, elle ne souhaite faire aucun commentaire.


Le porte-parole des manifestants des gens du voyage interpellé

Le porte-parole des gens du voyage qui ont manifesté mercredi devant le Palais de justice a été interpellé jeudi, à l'issue d'une conférence de presse, a révélé vendredi soir le groupe Sudpresse.

Le porte-parole des manifestants se plaignant de la confiscation de leurs caravanes a été interpellé jeudi et placé sous mandat d'arrêt vendredi. Eric Van Der Sijpt précise que l'individu était recherché pour plusieurs faits liés au dossier. "Il faisait partie des suspects qu'on voulait arrêter lors de l'action de mardi, mais on ne l'a pas trouvé et on l'a vu à la conférence de presse. Son arrestation n'a cependant rien à voir avec le fait qu'il soit un porte-parole".


Des saisies impressionnantes

Pour rappel, quelque 1.200 policiers ont pris part mardi à plus de 200 perquisitions. Au total, 52 personnes ont été privées de liberté et 24 d'entre elles avaient déjà été placées sous mandat d'arrêt mercredi. Elles sont principalement issues de cinq ou six familles. Le préjudice s'élève à plus de 6,5 millions d'euros. L'instruction judiciaire a été ouverte le 2 octobre 2018. Plus de 620 faits ont été référencés.

La plupart des suspects sont des Roms, des familles installées en Belgique depuis plusieurs générations.

Le procédé d'escroquerie était toujours le même

Le procédé employé visait à contacter des personnes vendant leurs voitures. Les prétendus acheteurs payaient via une application smartphone et montraient un reçu falsifié.

Les victimes découvraient la supercherie quelques jours après la vente, leurs comptes n'ayant pas été crédités des sommes convenues. Ce laps de temps permettait aux escrocs de prendre la fuite et d'envoyer les véhicules l'étranger.

Vos commentaires