En ce moment
 
 

Disparition de Théo Hayez en Australie: un enquêteur belge sur place explique comment il procède

Cela fait maintenant plus d'un mois que l'on est sans nouvelle du jeune Théo Hayez. Le Belge est porté disparu depuis le 31 mai, mais les recherches se poursuivent en Australie. Les enquêteurs belges de la cellule disparition se sont mis au travail.

Byron Bay en Australie. Ville devenue tristement célèbre depuis quelques semaines et la disparition de Théo Hayez. Philippe Pierrard appartient à la cellule disparition de la police fédérale belge. Ses deux collègues, eux, à la police fédérale de Hal-Vilvorde. Depuis trois jours, ils étudient le dossier avec leurs homologues australiens. "Maintenant que nous sommes ici, on a accès à tout, de manière visuelle. On a eu accès à leur ordinateur pour pouvoir lire des pièces, pour pouvoir avoir toutes ces informations dedans. Mais aussi pour pouvoir mettre à plat toutes les informations dont nous disposons et celles qu'ils ont. Avec ça, on va voir s'il est possible de dégager d'autres pistes, d'autres éléments." Mais, y-a-t-il de nouvelles pistes? A cette question la police ne répond pas. "En matière de disparition, on ne va pas travailler en se disant 'on a une piste pour travailler dessus', mais plutôt: 'là, il n'y a plus besoin d'aller chercher' ", explique Philippe Pierrard.

Il est probablement sur son téléphone

Il est 7h46, le 31 mai quand Théo sort d'une supérette et rejoint son auberge de jeunesse.  "On sait qu'il a été acheter à boire et qu'il a bu avec des amis. Pas beaucoup. Ils sont à plusieurs", précise le membre de la cellule disparition. Théo Hayez se rend ensuite dans un bar où il consomme deux ou trois verres jusque 23 heures. "On a une belle image où l'on sait que c'est lui. Il n'a pas l'air d'avoir plus de problème que cela. Il est probablement sur son téléphone, mais ce ne sont pas non plus des images qui permettent d'avoir 100% de certitude par rapport à ce qu'il est en train de manipuler." 

Grab_20190701_160711_599

Théo a été prié de sortir du café. Une pratique extrêmement courante en Australie. "Ca ne veut pas dire qu'on est ivre mort. Absolument pas. Ca veut juste dire que l'établissement estime que vous avez suffisamment bu pour la soirée. La loi est appliquée de manière beaucoup plus stricte."

Ensuite, l'énigme est totale. Toutes les images des caméras de surveillance du quartier ont été récupérées et visionnées, sans résultat probant. "On a quelques cercles d'incertitudes", explique Philippe Pierrard en pointant une carte ou des cercles de 500 mètres, un kilomètre et deux kilomètres ont été apposés. 

Notre journaliste Dominique Demoulin et son cameraman Emmanuel Tallarico se sont rendus au phare de Byron Bay près duquel le téléphone de Théo Hayez a balisé une dernière fois. "C'est dans une zone immense entre ciel et mer que de nouvelles fouilles pourraient être entreprises demain", précise Dominique Demoulin.

F1

 

 

 

Vos commentaires