En ce moment
 
 

Dix ans après la disparition d'Alicia, sa maman cherche toujours des réponses: "Tant que quelqu'un ne parlera pas, on ne saura rien…"

 
 

Il y a dix ans jour pour jour, Alicia, une jeune maman de 20 ans, disparaissait à Charleroi alors qu'elle était partie acheter du pain. Aucun témoin, aucune piste. Difficile dans ces conditions pour la maman d'Alicia de faire son deuil. Elle s'est confiée à Benjamin Samyn et Dominique Sokolowski.

Voici les dernières images d'Alicia:
 
La jeune femme de 20 ans retire de l'argent à un distributeur automatique de la ville-basse de Charleroi.

Une des seules certitudes du dossier concerne le moment de la disparition d'Alicia: le 12 novembre 2006 entre 23h10 et 23h15. Alicia était au téléphone avec son ex lorsque quelque chose s'est passé. Elle a eu ces derniers mots: "Elle se sentait suivi, 'attends loulou', et puis plus rien, ça a coupé", explique Rita, la maman d'Alicia.


"Il y a quand même quelqu'un qui a vu quelque chose"
 
Dix ans plus tard, la maman de la jeune femme espère toujours qu'un nouvel élément viendra relancer l'enquête. "Est-ce qu'elle a été interrompue par quelqu'un qui lui demandait son chemin? Il y a quand même quelqu'un qui a vu quelque chose… Quelqu'un qui n'a rien vu, c'est pas possible", estime Rita Claus.


"Elle n'aurait jamais laissé tomber sa fille"

Alicia menait une double vie sentimentale, avec d'un côté son ex, et de l'autre le père de sa fille. Avant de quitter son domicile, elle avait laissé un mot à ce dernier: "Il est 22h45 quand je pars, JTM". Son compagnon avait témoigné dans les premiers mois de la disparition. "Il s'est passé quelque chose. Elle n'aurait jamais laissé tomber sa fille, ça c'est sûr et certain. C'était une mère tout le temps avec sa fille", expliquait Judigael Durieu en 2007.


"C'est difficile de perdre un enfant, c'est difficile de vivre avec cette incertitude"
 
"Elle a été victime d'un crime crapuleux et on l'a enterrée quelque part, et tant que quelqu'un ne parlera pas, on ne saura rien", pense Rita Claus. "Ou alors elle a été enlevée pour un réseau de prostitution", ajoute-t-elle. Une autre possibilité existe: celle de la séquestration. Comme celle connue par l'Autrichienne Natascha Kampusch.

"Il doit quand même bien y avoir quelqu'un qui doit avoir des remords, qui doit se remettre à notre place. On doit savoir… C'est difficile de perdre un enfant, c'est difficile de vivre avec cette incertitude", confie la maman d'Alicia.

Nous avons contacté le commissaire en charge de l'enquête de cette étrange disparition. Il nous a confirmé que, pour l'instant, les investigations sont au point mort.




 

Vos commentaires