En ce moment
 
 

Fanny s'exprime après avoir été poignardée: "J'ai peur pour ma vie, je pense qu'il peut venir achever son travail"

Le parquet de Hal-Vilvorde a saisi le juge d'instruction du chef de tentative d'assassinat à la suite de l'agression de Fanny Appes, a-t-il indiqué vendredi. L'athlète de 30 ans a été poignardée jeudi matin dans un train près de Rhode-Saint-Genèse. Ses jours ne sont pas en danger. L'auteur présumé, son ancien partenaire Xavier B., âgé de 41 ans, est toujours en fuite, précise le parquet.

Ce vendredi, nous avons pu rencontrer Fannt Appes. L'athlète a accepté de répondre à questions. "J'ai peur pour ma vie parce que je pense qu'il peut venir achever son travail", nous a-t-elle confié.

Depuis que son présumé agresseur est en cavale, Fanny ne dort plus et vit un véritable enfer. "J'ai des angoisses dans la nuit. Ce matin le facteur est arrivé. J'ai été effrayée quand il y a eu la sonnette. C'est ma sœur qui a dû ouvrir… On était tous effrayés", a-t-elle expliqué.

Entourée de sa famille et de ses amis, c'est sa seule garde rapprochée. De toute la journée, elle n'a reçu la visite d'aucune patrouille de police et elle ne se sent pas en sécurité. "C'est dommage qu'il n'y ait pas une police, ou quelqu'un qui soit en bas. Peut-être qu'il y a des patrouilles qui passent, mais je ne saurais pas savoir. Ça m'inquiète parce qu'il peut arriver d'un moment à l'autre. S'il a pu rentrer dans le train à mon insu, c'est pas impossible qu'il vienne ici. C'est pour ça que je suis dans le stress", a encore confié Fanny Appes. "Je n'ai plus les moyens personnels de me défendre. Tout repose maintenant sur l'aide de la justice".

Les enquêteurs font le maximum pour tenter de la localiser

De son côté, Xavier B., 41 ans, continue à communiquer ses activités sur les réseaux sociaux. Il pourrait s'être envolé pour le sud de la France, près de Montpellier. Mais il pourrait s'agir d'une fausse piste pour tromper les enquêteurs. Son profil est inquiétant et la traque continue. "Les enquêteurs font le maximum pour tenter de la localiser. Le dossier est à l'instruction pour tentative d'assassinat. Le parquet ne fait pas d'autres commentaires", s'est exprimé Gilles Blondeau, substitut du procureur du Roi au parquet de Hal-Vilvorde.

Affaiblie et harcelée durant six mois, Fanny a pourtant porté plainte à sept reprises et s'est rendue une trentaine de fois aux commissariats de Nivelles, Uccle et Braine-l'Alleud avant son agression.

Vos commentaires