En ce moment
 
 

Faux taximen violeurs: le suspect identifié s'est rendu !

 

Un homme a été identifié par ses anciens collègues après la diffusion d'images de vidéo-surveillance transmises mercredi dans le cadre de l'enquête concernant des viols commis par des faux taximen dans les alentours du Bois de la Cambre. Suite à cela, il s'est rendu spontanément au parquet, et nie les faits.

Un homme reconnu par d'anciens collègues sur des images de vidéosurveillance s'est rendu spontanément jeudi au parquet de Bruxelles, dans le cadre de l'enquête concernant des viols commis par des faux taximen dans les alentours du Bois de la Cambre, a indiqué le parquet. Il a déclaré ne pas se reconnaître sur les images mais que d'autres personnes pensaient qu'il s'agissait bien de lui. Il nie être impliqué dans ces faits et est actuellement auditionné par les enquêteurs de la section moeurs de la police locale de Bruxelles Capitale-Ixelles.

Il poursuivrait ses activités de taximan à Tubize

Le suspect aurait été licencié d'une entreprise de taxis bruxelloise il y a deux ans, mais aurait poursuivi son activité dans la région de Tubize. Le parquet de Bruxelles n'a pas encore confirmé cette information.

Depuis 2011, il existe 29 dossiers portés à la connaissance des différentes zones de police de Bruxelles dans lesquels de faux chauffeurs de taxi sont vraisemblablement impliqués.

Après une soirée arrosée

La majorité de ces dossiers ont été centralisés auprès de la section Mœurs de la police locale de Bruxelles Capitale-Ixelles. Les victimes sont des jeunes femmes qui, après une soirée passée dans le centre de Bruxelles, rentrent chez elles en taxi, généralement un peu éméchées.

Les suspects se font passer pour des chauffeurs de taxi et les emmènent vers le Bois de la Cambre ou ses alentours. Arrivés sur place, ils les violent ou les agressent dans la voiture. Après les faits, la plupart des victimes sont ramenées chez elles par le malfaiteur.

Instruction toujours en cours

Plusieurs auteurs sont impliqués dans ces viols et agressions sans toutefois avoir de lien entre eux. Un suspect a été arrêté il y a deux semaines mais n'a pas été placé sous mandat d'arrêt. L'instruction est toujours en cours.

 

Vos commentaires