En ce moment
 
 

Féminicide à Assesse: Luc Nem reste en prison

Assesse

Luc Nem reste en détention pour un mois supplémentaire. L'homme est inculpé du meurtre de sa compagne à Assesse dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le suspect, né en 1981, aurait porté de nombreux coups à sa compagne dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, dans l’habitation de sa mère située Rue de la Gendarmerie à Assesse. Il a lui-même contacté les services de secours vers 5 heures du matin. Mais à leur arrivée, sa compagne, née en 1979, était déjà décédée. 

La Chambre du conseil a décidé de le maintenir en prison pour un mois supplémentaire. Luc Nem ne nie pas les faits, selon son avocat. Il explique juste ne pas s'en souvenir. "Il est en aveux implicitement, puisqu’il dit 'il n’y a pas d’autre possibilité que ce soit un autre, j’ai honte de moi'", déclare son avocat Jean Sine. "Il maintient en l’état actuel n’avoir aucun souvenir. C’est peut-être une manière de se protéger inconsciemment par rapport à l’horreur des actes. Il essaie de travailler avec l’aide d’un psychologue, à la prison, sur cet aspect-là des choses, pour retrouver la mémoire."

L’homme est déjà connu de la justice, pour des faits liés à l’alcoolisme. Il avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour violences conjugales. Il était, lors des faits, en sursis probatoire.

"Les premiers faits de coups et blessures remontent à septembre 2018", a expliqué Charlotte Fosseur, magistrate de presse du parquet de Namur. "Monsieur avait alors été placé sous mandat d'arrêt, puis libéré un mois et demi plus tard, moyennant des conditions qu'il n'a pas respectées. Il a donc été replacé en détention préventive en avril dernier, avant d'être à nouveau libéré sous conditions fin mai. Il a ensuite été placé sous mandat d'arrêt une troisième fois début juin pour non-respect des conditions." Le jugement rendu début octobre l’a condamné à une peine de 20 mois de prison, avec sursis probatoire. Il a donc été libéré le lendemain.

 

Vos commentaires