En ce moment
 

Fernando Haddad exclut de gracier Lula s'il est élu président du Brésil

(Belga) Fernando Haddad, candidat du Parti des travailleurs (PT, gauche), a exclu mardi de gracier Lula s'il est élu chef de l'État à l'issue du scrutin d'octobre. Luiz Ignacio Lula da Silva, issu de la même formation politique, a présidé le Brésil entre 2003 et 2010.

"Non à une grâce", a déclaré M. Haddad à la radio CBN et au site G1 qui l'interrogeaient sur une telle mesure pour le chef de la gauche brésilienne. L'invalidation de la candidature à la présidentielle de Lula a valu à M. Haddad, son colistier, de devenir le candidat de substitution du PT. Lula, 72 ans, purge depuis avril à Curitiba (sud) une peine de plus de 12 ans de prison pour corruption passive et blanchiment d'argent. "Lula ne va pas renoncer à défendre son innocence. Il est le premier à dire 'je ne veux pas de faveur. Je veux que les tribunaux brésiliens et les forums internationaux reconnaissent que je suis victime d'une erreur judiciaire'", a poursuivi M. Haddad. L'ex-maire de Sao Paulo avait déclaré lundi que Lula, auquel il venait de nouveau de rendre visite dans sa cellule, "est, et ne cessera jamais d'être, l'interlocuteur permanent de tous les dirigeants du parti" des travailleurs. M. Haddad a été officiellement désigné la semaine dernière par le PT comme son candidat à la présidentielle des 7 et 28 octobre, après la disqualification par la justice électorale de Lula, qui a tenté jusqu'au bout de se présenter afin de décrocher un troisième mandat. Pour la première fois lundi, un sondage a placé M. Haddad en 2e position au premier tour, avec 17,6% des intentions de vote. Il se retrouve ainsi derrière le député d'extrême droite Jair Bolsonaro (28,2%), très largement en tête. Un duel au deuxième tour entre MM. Haddad et Bolsonaro, actuellement hospitalisé après avoir été poignardé en campagne, serait très serré, selon le même sondage. Les spéculations vont bon train sur une sortie de prison rapide de Lula si le PT arrivait au pouvoir. Le gouverneur PT de l'État du Minas Gerais lui-même, Fernando Pimentel, a déclaré que "s'il est élu, Haddad signera dès le premier jour de son mandat une grâce pour le président Lula". "Il est possible que (Pimentel) ait le désir que cela arrive, mais il se trouve que je n'ai jamais abordé cette question avec lui, ni avec personne du PT", a lancé M. Haddad. (Belga)

Vos commentaires