En ce moment
 
 

Pour se venger de son ex, il organise l’attaque à l’acide de son propre fils de trois ans

Pour se venger de son ex, il organise l’attaque à l’acide de son propre fils de trois ans
©Pixabay

Un homme de 40 ans a été condamné mercredi par la justice britannique à 16 ans de prison pour avoir organisé une attaque à l'acide contre son fils de trois ans, pour se venger de son ex.

Ce père de famille, dont le nom ne peut être révélé pour protéger l'anonymat de l'enfant, et cinq autres personnes ont été reconnus coupables par le tribunal de Worcester, en Angleterre, d'avoir organisé cette attaque à l'acide sulfurique dans le but de "brûler, mutiler ou défigurer" le garçonnet. Souffrant de graves brûlures au bras et au visage, l'enfant avait été hospitalisé après cette attaque, survenue en juillet dernier dans un magasin de Worcester.


Il espérait obtenir plus de droits sur l'enfant

Son père avait recruté plusieurs personnes pour s'en prendre à son fils, espérant obtenir de voir plus l'enfant en montrant que sa mère n'était pas capable de prendre soin de lui. Dans une déclaration lue au tribunal, la mère du garçon a déclaré craindre que son ex-mari ne la tue si jamais il était libéré. Elle a déclaré qu'il l'avait deux fois menacé de la tuer elle ou ses enfants. "Mon fils va bien, c'est un enfant heureux, mais il aura des cicatrices à vie et aura besoin d'un soutien constant", a-t-elle décrit.


"Les hommes avaient ensuite passé la nuit à faire la fête"

Le juge a qualifié d' "unique" cette affaire, déclarant qu'il "n'avait jamais rencontré une affaire impliquant un si grand nombre de personnes, ciblant un enfant". Parmi les autres personnes condamnées figurent trois hommes d'une vingtaine d'années. Des images de vidéosurveillance les ont montrées suivre le garçon et sa mère depuis leur domicile, jusqu'au magasin où a été commise l'attaque, puis quitter tranquillement les lieux. Le juge a déclaré que les hommes "avaient ensuite passé la nuit à faire la fête" après cette attaque, "comme si aucun d'entre vous n'avait commencé à réaliser l'acte monstrueux que vous aviez commis".

Vos commentaires