En ce moment
 
 

Gino Russo parle: "Je le ressens comme une provocation"

Gino Russo parle:
 
 

Gino Russo, le père de Mélissa, s'est exprimé sur les ondes de RTL France. Son interview a été relayée par Bel RTL. Pour lui, la possible libération conditionnelle de Michèle Martin est une provocation.

Gino Russo, le père de Mélissa, considère la possible libération conditionnelle de Michèle Martin comme "une provocation". M. Russo, qui a jusqu'à présent refusé de s'exprimer dans les médias belges, regrette que l'ex-femme de Marc Dutroux ne preste pas intégralement la peine de prison qui lui a été infligée, a-t-il indiqué jeudi dans une interview accordée à RTL France, et relayée par Bel RTL.

STEFAAN DE CLERCK ESSAIE DE CONVAINCRE LA FRANCE

"Cela fait remonter toutes les humiliations et les frustrations de l'enquête judiciaire et du procès"

"Le fait que Michèle Martin aille vivre dans un monastère n'est pas gênant", a déclaré Gino Russo au micro d'Yves Calvi. "Ce qui est dur, c'est que cela fait remonter toutes les humiliations et les frustrations de l'enquête judiciaire et du procès. L'orientation prise par la justice a permis à Michèle Martin de n'être condamnée qu'à 30 ans de prison - qu'elle ne fera pas - alors que son binôme, Marc Dutroux, a été condamné à perpétuité", regrette M. Russo.

"Je le ressens comme une provocation"

Le bon comportement de Michèle Martin en prison n'est selon Gino Russo pas un motif suffisant pour justifier sa libération. "Ma femme a été sénatrice durant deux ans et a travaillé sur le tribunal d'application des peines", rappelle-t-il. "Des milliers de détenus se comportent bien en prison et ne sont pas libérés pour autant", fait-il remarquer. "Je le ressens comme une provocation."

Ni regret, ni prise de conscience de la part de Michèle Martin

En outre, un livre récemment écrit sur Michèle Martin "montre qu'il n'y a de sa part ni regret, ni prise de conscience" des dégâts qu'elle a provoqués, souligne Gino Russo.

Informé après les médias

Le père de Mélissa indique également qu'il n'a pas été informé par la justice de l'avancée du processus. "J'ai reçu un courrier de quatre lignes du tribunal d'application des peines de Mons le mardi, alors que c'était déjà dans tous les journaux le lundi."

"J'ai donné un sens à la mort atroce de ma fille"

En ce qui concerne sa reconstruction après le drame qui a secoué sa famille, Gino Russo indique "vivre avec ça". "Ce qui m'a aidé, c'est d'avoir pu me battre pour que certaines choses soient reconnues. J'ai donné un sens à la mort atroce de ma fille, et je pense que c'est quelque chose d'important dans la vie d'un père."



 




 

Vos commentaires