En ce moment
 
 

Het Nieuwsblad révèle les premiers mots de Salah Abdeslam quand il a été arrêté

 
 

Depuis son arrestation vendredi passé dans un quartier de Molenbeek, les détails de l'interpellation de Salah Abdeslam sont progressivement révélés dans la presse. D'après nos confrères flamands de Het Nieuwsblad, les premiers mots de l'ex-ennemi public numéro 1 auraient été "Je suis content que ce soit terminé. Je n'en pouvais plus".

Nous sommes le vendredi 18 mars en pleine après-midi. Dans la rue des Quatre-Vents, les unités antiterroristes s'agglutinent devant l'appartement situé au numéro 79. C'est là qu'habite la famille Aberkan. C'est elle qui loge et protège Salah Abdeslam. Le fugitif le plus recherché d'Europe est piégé.


Essayer de fuir?

D'après nos confrères de Het Nieuwsblad, l'homme aurait essayé de fuir durant un instant par l'arrière du bâtiment. Mais quand il a aperçu le nombre impressionnant de policiers mobilisés, il a compris qu'il n'avait plus aucune chance.

L'homme a légèrement modifié son apparence physique. Il s'est laissé pousser une petite barbe. "Il faut bien regarder pour le reconnaître", confient plusieurs sources au Nieuwsblad. Mais il est aux abois. Dans un dernier geste, il sort précipitamment de l'habitation par la porte d'entrée. Voulait-il mourir sous les balles des policiers? L'hypothèse est plausible selon le directeur des unités spéciales de la police fédéral, Roland Pacolet.

Selon Het Nieuwsblad, les premiers mots de Salah Abdeslam une fois neutralisé auraient été "Je suis content que ce soit terminé. Je n'en pouvais plus". Aujourd'hui, l'homme semble révéler petit à petit des éléments sur la préparation des attentats de Paris. Le procureur français François Molins craint cependant qu'il ne s'agisse que d'une stratégie pour préparer sa défense devant la justice.


 




 

Vos commentaires