Hicham Diop avait écopé de 9 ans de prison pour avoir planté un couteau dans le cou d'un policier: la cour d'appel changera-t-elle sa peine?

A la cour d'appel de Bruxelles, une peine de 15 ans de prison a été requise à l'encontre d'Hicham Diop, prévenu pour tentative d'assassinat dans un contexte terroriste. L'individu s'en était pris à deux policiers à Schaerbeek, c'était en octobre 2016. Il avait été condamné à 9 ans de prison en première instance. Le point avec nos journalistes Benjamin Samyn et Pierre Halterman.

C’est en chaise roulante qu’Hicham Diop arrive devant la cour d’appel. Il a été blessé par balle à la jambe lors de son arrestation en octobre 2016. C’est la conséquence d’un déchaînement de violence qu’il a lui-même provoqué en s’attaquant a deux policiers.

Il l'agresse avec une sauvagerie et une violence extrême en lui plantant un coup de couteau dans le cou

Ce jeudi matin, les images vidéo de l’agression ont été diffusées. Elles montrent un homme marchant vers las agents d’un pas déterminé. "Il longe le côté gauche du trottoir pour prendre par surprise un policier, qui ne se rend absolument pas compte de quoi que ce soit. Et il l'agresse avec une sauvagerie et une violence extrême en lui plantant un coup de couteau à la verticale dans le cou", rappelle Bernard Tieleman, avocat des parties civiles.


Neuf ans de prison en première instance

Pour ces faits qu’il reconnait et qui sont d’une extrême gravité, Hicham Diop a été condamné à 9 ans de prison en première instance. "Le débat, en réalité, est de savoir comment on peut qualifier les faits. Y a-t-il ou non une intention homicide, y a-t-il ou non préméditation, et ces faits ont-ils lieu dans un contexte terroriste, oui ou non?", indique Aurélie-Anne Devos, avocate d’Hicham Diop.

Il est un peu paranoïaque... il a explosé

Mais le caractère terroriste ou homicide n’ont pas été retenus lors du premier procès. Les juges avaient suivi la théorie de la défense Hicham Diop: il a agi à cause de prise abusive de médicaments, combinée a une psychose paranoïaque a l’encontre de la police. Renversé il y a quelques années par un véhicule de la fédérale, il a toujours pensé que était intentionnel. "Il est un peu paranoïaque. Il pense qu'on voulait l'éliminer parce qu'il avait refusé de travailler pour la Sûreté de l'Etat. Tout ça, la paranoïa, le ressentiment, le cocktail de psychotropes et de produits dopants, de testostérone avec plus de 20 fois la dose normale... a fait qu'à un moment il a explosé", affirme Sébastien Courtoy, avocat d’Hicham Diop.

Le parquet fédéral rappelle que si Hicham Diop intéressait possiblement la Sûreté, c’est qu’il avait des connaissances dans le milieu islamiste. Le procureur fédéral Bernard Michel a requis, ce jeudi après-midi, une peine de 15 ans de prison à l'encontre d'Hicham Diop. La suite des débats est prévue le 22 mars.

Vos commentaires