En ce moment
 

Il était parvenu à pirater escroquer Atos Worldline, qui gère les paiements électroniques en Belgique

Il était parvenu à pirater escroquer Atos Worldline, qui gère les paiements électroniques en Belgique

La procureure a requis, lundi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, une peine de 3 ans de prison, avec sursis éventuel, à l'encontre d'un jeune homme prévenu pour escroquerie et association de malfaiteurs. Ce dernier, employé chez IPG, entreprise qui sous-traite certains services pour Atos Worldline, était parvenu à détourner d'importantes sommes d'argent au préjudice de nombreux commerçants, clients d'Atos Worldline.

La procureure a requis une peine de 3 ans de prison, sans s'opposer à un sursis probatoire éventuel, à l'encontre d'un ancien employé d'IPG, suspecté d'être le cerveau d'une escroquerie qui a fait perdre à Atos Worldline un peu plus de 160.000 euros entre janvier et septembre 2015.

L'entreprise IPG est chargée par Atos Worldline, leader européen des services de transfert de fonds électronique, de conclure des contrats avec des commerçants, désireux d'offrir la possibilité de payer par carte de crédit dans leurs magasins.

Le prévenu, qui travaillait chez IPG, avait accès à la base de données reprenant ces commerçants. Il a rempli des formulaires pour modifier les numéros de compte de ceux-ci et a imité leurs signatures. Il est ainsi facilement parvenu à diriger de très nombreux paiements par carte de crédit effectués dans des commerces vers des comptes bancaires de "mules", des personnes qui lui ont prêté leurs comptes pour recevoir l'argent détourné.

Après la découverte de l'escroquerie, la société Atos Worldline a remboursé tous ses clients et réclame désormais devant le tribunal d'être indemnisée par le prévenu.

L'avocat de la défense, Me Yannick De Vlaeminck, a plaidé une peine de travail pour son client, qui est en aveu des faits. "Il était surendetté, aculé par des amendes du tribunal de police pour faits de roulage", a expliqué l'avocat, précisant que son client était insolvable.

"Les mules ont perçu plus d'argent que lui. Or, elles ne sont pas poursuivies. Ce n'est pas logique", a encore relevé le pénaliste.Le jugement sera prononcé le 7 septembre prochain à 09h00.

Vos commentaires