Il tue son collègue à Woluwé-Sainte-Pierre, cache le cadavre dans sa baignoire et envoie une photo à un ami

Un individu a été placé sous mandat d'arrêt à Bruxelles pour avoir tué un homme. Le suspect avait caché le corps de la victime dans une baignoire, avant d'envoyer une photo du cadavre à l'un de ses amis via Whatsapp. Comme l'indiquent nos confrères de la DH, c'est cette connaissance du suspect qui a prévenu la police. Thibaut Balthazar et Gaetan Lillon ont interrogé le porte-parole du parquet.

Woluwé-Saint-Pierre, un quartier sans histoire, jusqu’à cette nuit du 11 avril. Deux hommes, le locataire d'un appartement et son collègue, rentrent de soirée, un peu ivres. Une dispute éclate, le locataire étrangle son collègue et place son cadavre dans une bâche.


"On peut estimer qu'il est pris en flagrant délit, dans la mesure où le crime venait de se commettre"

L’homme prend ensuite la photo de la dépouille et l’envoie via l'application de messagerie Whats app à un de ses amis. Ce dernier croit d'abord à une blague, avant d’avertir la police. "Les policiers sont appelés par une personne, qui s'avère être une connaissance du suspect, pour un message qu'il aurait reçu comme quoi le suspect aurait commis un meurtre. Alors évidemment la police se rend sur les lieux et découvre finalement le cadavre dans l'appartement du suspect", indique Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles.

Dans un premier temps, le suspect laisse entrer les policiers, qui ne constatent rien d’anormal dans l’appartement. Ce n’est que par après qu’ils découvrent le cadavre dans la salle de bain. Pris sur le fait, le suspect ne nie pas. "On peut estimer qu'il est pris en flagrant délit, dans la mesure où le crime venait de se commettre. Maintenant, bien évidemment, le parquet a fait descendre un médecin légiste. Le laboratoire de la police est également descendu avec le juge d'instruction, qui a été saisi du chef de meurtre", explique Denis Goeman.

Privé de liberté, le suspect comparaîtra dans les cinq jours devant la chambre du conseil de Bruxelles.

Vos commentaires