En ce moment
 

Jérôme Gysen, le récidiviste ivre et drogué qui avait fauché la jeune Nadège à Seraing, a été jugé: "Il ira encore tuer quelqu'un"

Un Liégeois de 31 ans a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de deux ans de prison avec sursis pour la moitié, à une amende de 3.000 euros et à une déchéance du droit de conduire pour une durée de deux ans après avoir fauché et tué une étudiante la nuit du 20 au 21 février 2015 à Seraing. Le prévenu était sous l'influence de l'alcool au moment des faits.

Nadège, une étudiante en psychologie âgée de 22 ans, avait été percutée et tuée alors qu'elle attendait un bus. L'accident s'était déroulé rue de Tavier à Seraing. Le conducteur de la voiture avait perdu le contrôle de son véhicule et raté son virage. Son véhicule avait percuté un mur avant de s'arrêter quelques mètres plus loin, fauchant l'étudiante au passage. Les devoirs d'enquête réalisés avaient révélé qu'il avait consommé de l'alcool le soir des faits. Il affichait une alcoolémie de 1,3 gramme par litre de sang. Des analyses avaient également révélé la présence de traces de cannabis. L'enquête avait encore démontré que le conducteur était récidiviste. En 2010, il avait été condamné à une peine de travail à la suite d'un accident avant lequel il avait consommé de l'alcool.


Déchéance du droit de conduire pour deux ans

Le prévenu, Jérôme Gysen, 31 ans, avait répondu de préventions relatives à un homicide involontaire, à une imprégnation alcoolique et à une conduite sous influence de cannabis. Pour ces trois préventions, il a été condamné à une peine de deux ans de prison avec sursis pour la moitié, à une amende de 3.000 euros et à une déchéance du droit de conduire pour une durée de deux ans.

Je suis choqué, scandalisé. Le mot est faible. Parce qu'on peut se permettre de boire dans sa voiture et on considère ça comme involontaire

Face à cette peine jugée trop légère, le père de Nadège, Santo Abate, était en pleurs. "Qu'est-ce que ma fille a fait de mal? C'est elle qui est punie dans l'histoire et moi je dois vivre avec ça", a-t-il confié à Mathieu Langer et Julien Rawet. "Je suis choqué, scandalisé. Le mot est faible. Parce qu'on peut se permettre de boire dans sa voiture et on considère ça comme involontaire. J'ai peur pour les autres. Pour moi il ira encore tuer quelqu'un parce qu'il ne se rend pas compte. Il n'a émis aucun regret, il ne s'est même pas excusé, rien."

Pour Jean-Paul Reynders, l'avocat de Jérôme Gysen, "le tribunal a estimé qu'il y avait une absence de repentir mais ce n'est pas du tout le sentiment que j'ai avec monsieur lorsque je m'entretiens avec lui et encore maintenant. Il est parfaitement conscient de la gravité des faits".

Son parrain, Lillo Abate, est sorti de l'audience tout aussi en colère: "Lire des pages pour dire qu'il avait toutes les circonstances aggravantes pour tuer quelqu'un et puis dire qu'il n'a rien et qu'il est libre. c'est une honte. "Continuez", c'est ça le message que le tribunal a fait passer aujourd'hui. Donc il s'est vraiment mis du côté des assassins de la route." Malgré son absence à son procès, le condamné pourrait même bénéficier d'un aménagement de peine pour éviter son année de prison ferme.

Vos commentaires