En ce moment
 
 

Joël Devillet fait condamner Mgr Léonard pour son silence face à un abbé pédophile: "Il m'a proposé de l'argent, j'ai refusé"

Joël Devillet fait condamner Mgr Léonard pour son silence face à un abbé pédophile:

L'archevêque de Malines-Bruxelles et primat de Belgique, André-Joseph Léonard, a été condamné jeudi à verser 10.000 euros d'indemnisation à un ancien enfant de choeur victime d'un prêtre pédophile. Joël Devillet a témoigné au micro de Bel RTL.

"Je savais que depuis le début, et cela fait neuf ans que j'ai porté plainte contre Mgr Léonard, que le but final, ce serait la réussite", a dit sur Bel RTL Joël Devillet, la victime aujourd'hui satisfait du jugement du tribunal. Le plaignant de 42 ans, a été violé par un abbé dans le sud de la Belgique entre 1987 et 1991.


"Mgr Léonard a proposé de l'argent"

Les premiers faits s'étaient produits alors qu'il était âgé de 14 ans et lui ont laissé d'importantes séquelles psychologiques. En 1996, l'ancien enfant de choeur a dénoncé son violeur devant un tribunal interne à l'Église catholique belge, qui lui a conseillé de suivre une thérapie. Joëlle Devillet a ensuite déposé plainte au pénal contre son agresseur, mais les faits ont été déclarés prescrits. Il s'est alors tourné vers la justice civile pour réclamer des dédommagements à son violeur, qui a cette fois été condamné.

Il a également décidé de demander des comptes à André-Joseph Léonard, évêque de Namur entre 1991 et 2010 et à ce titre le supérieur hiérarchique du prêtre abuseur. La cour d'appel de Liège lui a donné raison jeudi. "Namur, je savais que j'allais perdre et en appel, j'étais convaincu avec mon avocat qu'on allait gagner. Parce que sinon, Mgr Léonard a proposé de l'argent plusieurs fois. Mais il ne fallait plus que je parle dans la presse. J'ai toujours refusé. Parce que moi, je veux la justice, la vraie justice. Et je savais que j'allais gagner".

Mgr a "participé à l'effondrement de la structure psychique du plaignant"

"Il convient de retenir que la manière dont (Mgr Léonard) a pris en compte et traité la dénonciation des abus dont Joël Devillet a été victime a maintenu ce dernier dans un sentiment d'injustice et d'abandon, entre 1996 et 2001, et a participé à l'effondrement de sa structure psychique, à sa dévalorisation et aux troubles psychologiques ayant donné lieu à une incapacité de travail", indique l'arrêt de la cour, cité par le journal La Libre Belgique.

La cour estime également que l'actuel archevêque et chef de l'église catholique de Belgique, qui remettra sa démission au pape le 6 mai, atteint par la limite d'âge (75 ans), "n'a pas pris de mesures pour éloigner le prêtre, qui récidiva" dans la région de Namur, explique pour sa part le quotidien Le Soir.

L'église en Belgique avait été touchée en 2010 par un énorme scandale de pédophilie au sein de l'Église. L'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, avait alors avoué avoir abusé de deux de ses neveux. Dans la foulée, des milliers de témoignages avaient fait état de cas de sévices sexuels commis par des religieux belges.

"C'est une satisfaction, cela fait neuf ans que j'attendais. Je ne pouvais que gagner", a réagi à la télévision Joël Devillet.

Le Primat de Belgique a 15 jours pour se pourvoir en cassation.

Vos commentaires