En ce moment
 

Kidnappé chez lui avant d'être séquestré, torturé et brûlé à Dour, il échappe à la mort de justesse: la police lance un appel à témoin

Les faits ont été commis en janvier. Un homme a été emmené de force dans une voiture, puis battu et torturé par quatre personnes. Il a finalement réussi à s'enfuir. La police lance un appel à témoin. Un reportage d'Aurélie Henneton et Xavier Preyat pour RTLinfo 13h.

Dans l’après-midi du jeudi 18 janvier 2018, un homme s’est présenté au domicile d’un habitant d’Harveng, entité de Mons. Sous la menace d’une arme, il a contraint la victime de monter dans une voiture. Le véhicule était conduit par une femme aux longs cheveux blonds. Son comparse portait une barbe et une casquette. Il s’agit d’une voiture de type Opel Corsa ou Renault Clio de couleur bleu foncé. Les auteurs et la victime se sont rendus dans un endroit inconnu. Ils ont été rejoints par un couple. Cet endroit pourrait se situer dans la région de Dour.

Vers 18h, la victime a été placée dans le coffre d’un autre véhicule, probablement un break. Elle a été emmenée au lieu-dit "Pavillon de Chasse" situé dans le bois de Sars la Bruyère où elle a été molestée par les quatre individus. La torture a été jusqu'à vouloir le brûler entièrement. "On l'asperge de produit inflammable et on boute le feu. Il ne doit sa vie qu'au fait qu'à ce moment-là, il prenne la fuite et que, nous nous trouvions en hiver, donc il se roule dans la boue pour éteindre l'incendie qu'il subissait", a expliqué Christian Henry, procureur du Roi de Mons, au micro d'Aurélie Henneton. La victime a trouvé du secours. Un automobiliste a compris sa détresse et l'a aidé.

Les enquêteurs tentent d’éclaircir les circonstances de cet enlèvement et demandent à toute personne qui aurait vu des agissements suspects ou qui pourrait donner des informations sur les véhicules des auteurs de se manifester.

Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300. Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

La discrétion est assurée.

Vos commentaires