En ce moment
 
 

La Boum 1: un étudiant de 23 ans jugé pour coups et blessures envers deux policiers, voici ce qu'a requis le parquet

 
 

Ce matin, un étudiant de 23 ans comparaissait dans le cadre d'une procédure accélérée devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour coups et blessures envers deux policiers. Le 1e avril, lors de la "Boum" au Bois de la Cambre à Bruxelles, il avait été mis à terre par la police, après avoir lancé une branche d’arbre sur un véhicule. Il avait été interpellé à plusieurs reprises avec des bouteilles en verre à la main et est soupçonné de les avoir jetés sur la cavalerie et d’avoir blessé deux policiers.

Une peine de travail requise

Le parquet a requis une peine de travail de 200 heures à l'encontre du jeune homme. Le ministère public a considéré que les faits qui sont reprochés au prévenu sont limpides compte tenu des images vidéo filmées. Cet étudiant a bien, selon lui, blessé deux policiers de la cavalerie de la police fédérale en jetant sur eux des bouteilles en verre. Tenant compte de l'absence d'antécédents judiciaires dans son chef, le magistrat a requis cette peine de travail de 200 heures. Le jugement sera prononcé le 4 juin.

"Il ne conteste pas s'être rebellé"

L'avocat de la défense, Mehdi Abbes, a plaidé la suspension du prononcé de la condamnation, le prévenu s'étant rendu et n'ayant pas opposé de résistance. "Il ne conteste pas avoir participé aux événements et s'être rebellé, ça, il n'y a pas de discussion là-dessus, mais notre position est de dire qu'à ce moment-là, dans son chef, l'infraction cesse puisqu'il est interpellé et menotté et donc il n'est pas l'auteur des coups à l'égard des policiers", a-t-il déclaré au micro RTL INFO.

"C'est le principe de solidarité"

Pour Jean-Joris Schmidt, l'avocat de la zone de police Bruxelles-Capitale Ixelles et de l'un des policiers blessés: "Il est difficile de déterminer ce que les bouteilles ont causé comme dommage et au moment de son interpellation, il n'a pas causé de dommage, il a été repris. Mais c'est le principe de solidarité, je dirais, dans le cadre d'une manifestation, où, quand on ne sait pas déterminer quelle est la personne qui a causé tel ou tel dommage avec telle ou telle bouteilles, les personnes sont solidaires à partir du moment où on se rend compte qu'elles étaient ensemble".

Rappel des faits

Le 1e avril 2021, quelque 1.500 à 2.000 personnes s'étaient rassemblées au Bois de la Cambre à Bruxelles, à la suite de l'annonce du faux festival musical "La Boum", un canular posté sur Facebook. Lorsque la police est intervenue pour disperser la foule, des altercations ont eu lieu. 34 personnes ont été blessées, dont 26 policiers et 8 participants au rassemblement, ainsi que plusieurs chevaux de la cavalerie de la police fédérale. Également, six véhicules de police ont été endommagés.




 

Vos commentaires