En ce moment
 
 

La lettre de Dutroux à Jean-Denis Lejeune: "Chaque fois que je vous vois quémander la vérité, je suis envahi de tristesse"

 
 

Marc Dutroux a écrit une lettre, directement adressée à Jean-Denis Lejeune. Il y affirme comprendre la douleur du père de Julie, en mettant en avant le fait qu'il ait connu une fausse couche de Michèle Martin. Il exprime aussi la tristesse qu'il ressent chaque fois qu'il voit Jean-Denis Lejeune "quémander la vérité".

La lettre est longue de 44 pages. Marc Dutroux l'a adressée à Jean-Denis Lejeune. Dans ce document exclusif que vous retrouverez en intégralité demain dans le quotidien La Dernière Heure, le pédophile et criminel expose sa vision des faits horribles commis et révélés par l'affaire Dutroux. ll charge son ex-femme, Michèle Martin et ses ex-complices.

Quelques extraits de cette lettre nous sont dévoilés par notre journaliste Loic Parmentier. "Chaque fois que je vous regarde, quémander la vérité, je suis envahi de tristesse pour vous, augmentée par le souvenir de mon impuissance à enrayer une mécanique infernale", a écrit le criminel pédophile.



Marc Dutroux dit avoir vécu la même chose que Jean-Denis Lejeune

Marc Dutroux se présente ensuite comme un père meurtri. Son ex-épouse Michèle Martin aurait perdu un de leur enfants avant la naissance. "Qui peut mieux comprendre et ressentir la détresse, la récolte, la colère et tous les autres sentiments négatifs qui rongent le cœur d’un père meurtri par la mort de son enfant qu’un autre père qui endure les mêmes tourments".

"Vous comprendrez pourquoi je dérange tant certaines personnes insoupçonnables en découvrant tout ce qui vous a peut-être échappé jusqu’ici".



Il s'est tu pour ne pas nuire à la libération conditionnelle de Michèle Martin

Michèle Martin est aussi au cœur de cette lettre. Marc Dutroux a commencé à rédiger ce texte le 28 aout 2012, le jour de la libération conditionnelle de son ex-femme. "Comprenez bien qu’avant cette libération, il n’était pas question de répondre à vos questions légitimes tant que les réponses que je vais vous donner étaient potentiellement préjudiciables à la libération conditionnelle de la mère de mes enfants".

"Je sais que cette lecture sera très pénible pour vous comme il m’est insupportable d’avoir à revivre ce qui n’a jamais cessé de déchirer ma conscience et mon cœur, avec la difficulté supplémentaire d’avoir à le faire par écrit."

Jean-Denis Lejeune n’a pas souhaité réagir ou commenter cette lettre. Il nous a simplement répondu être sous le choc.

>VOS REACTIONS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK: "On croyait avoir atteint le fond du cynisme et de la honte !!!" de Jack




 

Vos commentaires