En ce moment
 

Le boxeur Lamine T. avait pris en otage la femme et l'enfant du banquier Fortis de Gerpinnes: 7 ans de prison ferme

Le boxeur Lamine T. avait pris en otage la femme et l'enfant du banquier Fortis de Gerpinnes: 7 ans de prison ferme

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné un boxeur de MMA à sept ans de prison ferme, ce lundi. Il était soupçonné d'avoir pris en otages un banquier de Gerpinnes, sa femme et son fils, en 2010. Le prévenu niait farouchement les faits.


Il prélève 69.000 euros à son agence et les remet aux kidnappeurs le long de l'autoroute

Le 28 janvier 2010, deux malfrats cagoulés et armés ont débarqué à Jumet, au domicile du gérant de l'agence Fortis de Gerpinnes. Les auteurs ont pris son épouse et son fils de 13 ans en otages et l'ont obligé à se rendre à la banque pour y prélever 200.000 euros. L'un des truands a emmené les proches du banquier dans un box de garage de Gilly pendant que ce dernier s'en allait quérir un butin de 69.000 euros pour le remettre aux kidnappeurs, le long de l'autoroute. Les otages ont alors été relâchés dans le bois de Soleilmont (Fleurus).


Un manque de rigueur des enquêteurs

Huit ans après les faits, seul Lamine T., un boxeur MMA et ancien footballeur en salle, a été déféré devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Trois autres ont obtenu le non-lieu des suites d'un dossier qualifié de "lacunaire" par le parquet, certains devoirs basiques ayant été écartés par les enquêteurs, alors que le juge d'instruction et le ministère public les avaient demandés. "Or, il y a une douzaine de coïncidences qui convergent toutes vers le prévenu", a lancé la substitute Dutrifoy lors de la dernière audience.

"D'une part, la camionnette dans laquelle les otages ont été emmenés a été volée au Village n°1 où travaillait Lamine T. Quelques jours avant les faits, le central de l'asbl a appelé l'un des numéros prépayés identifiés grâce à la téléphonie. Enfin, le jour du tigerkidnapping, il a pris une récupération." A cela, le parquet ajoute le témoignage précis du fils du banquier qui a pu retrouver le box de garage et qui décrit son ravisseur, aperçu dans le rétroviseur de la camionnette lorsque ce dernier conduisait, avec la cagoule relevée. Enfin, lors de la perquisition, les enquêteurs ont découvert une arme, des cartouches, une cagoule, une veste contenant des liens colson "prêts à l'emploi" et une paire de baskets dont l'empreinte correspond à celle trouvée au domicile du banquier.

Au terme de son réquisitoire, le parquet avait requis sept ans de prison, en précisant que la peine aurait été quasi double sans l'écoulement du temps. Me Bruno, conseil de Lamine T., estimait pour sa part que le doute devait profiter à son client, l'enquête lacunaire n'ayant pas permis de vérifier la plupart des indices. Il a admis, en revanche, que le prévenu a bien reçu 1.500 euros pour avoir donné des informations sur les véhicules du Village n°1.

Lundi, le tribunal a estimé qu'un faisceau d'indices précis, graves et concordants permettait la condamnation de Lamine T. à une peine de sept ans de prison. Le juge a tenu compte de l'écoulement du temps pour la hauteur de la peine et pour le refus de l'arrestation immédiate requise par le parquet.

Vos commentaires