En ce moment
 
 

Le CECLR dépose une nouvelle plainte contre Sharia4Belgium

 
 
Le Centre pour l'Egalité des Chances et la Lutte contre le Racisme (CECLR) a annoncé jeudi le dépôt d'une nouvelle plainte contre les membres du mouvement musulman radical Sharia4Belgium, et plus particulièrement contre son porte-parole, Fouad Belkacem, en raison d'une possible infraction à la loi anti-discrimination. Appréhendé jeudi matin, M. Belkacem a été placé sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction d'Anvers. Selon le directeur adjoint du CECLR, Edouard Delruelle, le dépôt de plainte annoncé jeudi n'est toutefois pas une conséquence directe de cette interpellation. Le Centre a pris cette décision après avoir procédé à une analyse des propos tenus par le porte-parole de Sharia4Belgium dans une vidéo diffusée à la suite du contrôle et de l'interpellation, la semaine dernière, d'une femme vêtue d'un niqab. "Ces propos sont clairement discriminatoires envers les non-musulmans. Il y a bien incitation à la haine", a confirmé M. Delruelle à l'agence Belga. En plus de cette plainte simple, "il y aura certainement constitution de partie civile", mais pour ce faire le Centre doit recevoir l'aval de son conseil d'administration, a-t-il rappelé. "L'actuel cadre légal nous permet d'agir contre ces faits répréhensibles. C'est pourquoi le Centre a porté plainte, afin que la police et le parquet continuent d'instruire cette affaire. Mais nous sommes tout à fait ouverts à un renforcement du cadre législatif", a ajouté le directeur adjoint du CECLR. Ce n'est pas la première fois que le Centre dépose plainte contre Sharia4Belgium. L'un de ces dossiers a d'ailleurs abouti récemment à la condamnation de Fouad Belkacem à deux ans de prison, dont un ferme, devant le tribunal correctionnel d'Anvers. Fouad Belkacem doit débourser un euro symbolique pour indemniser le Centre d'égalité des Chances et la Lutte contre le racisme. Il a toutefois interjeté appel de sa condamnation. (BENOIT DOPPAGNE)

 

Vos commentaires